"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U15 Bilan U15A (2012-2013)

 

4 titres, une série de 4 titres pour les Gothiques d'Amiens acquise entre 2008 et 2012. Une domination sans partage depuis quatre ans pour les joueurs amiénois à l'image de la dernière édition remportée au nez et à la barbe de Dragons pourtant favoris (bilan U15A – 2011-2012) Un chiffre « quatre » particulièrement irritant pour les Dragons qui auront vu la saison dernière, Amiens égaliser leur record de titres consécutifs. Et pour éviter la passe de cinq rouge et noir, les Dragons de Rouen mettront tout en œuvre pour faire taire l'appétit pantagruélique de titre amiénois à commencer par la poule Ile-de-France – Nord – Normandie qui succède à l'ex-championnat inter-COS avec vingt matchs au programme pour les six protagonistes.


Coup de Trafalgar pour débuter cette vingtaine de matchs avec un coup d'éclat scintillant des Dragons face à leur rival amiénois. Sur les bords de Seine pour le match d'ouverture, les rouennais prenaient un large ascendant 8-1 sur la troupe picarde, sonnée, déboussolée par une telle déroute (résumé). Impériaux en début de saison, aucun grain de sable ne viendra enrayer la marche en avant des rouennais pendant le premier quart de saison. 5 matchs, 5 victoires dont des mémorables déconvenues pour Meudon (0-16), Neuilly (2-4), Caen (1-27), seuls les Jets de Viry s'en sortant à peine mieux avec une défaite honnête 2-5 (résumé). Passée cette première vague de matchs dithyrambiques, la deuxième virée sera un peu moins prolifique. Si à nouveau Meudon (13-2), Neuilly (17-0) et Caen (16-2) se faisaient étriller, pour la deuxième confrontation face à Amiens, cette fois en Picardie, les Dragons devaient concéder le match nul 2-2 avant de concéder un nouveau match nul, cette fois en Ile-de-France, à Viry 4-4 (résumé). Avec un point d'avance à mi-parcours sur les Gothiques d'Amiens, la marge de manœuvre des rouennais restait réduite même si à la mi-décembre un deuxième tournant après celui de la première journée donnait un peu d'air aux normands. Vainqueurs une nouvelle fois du derby de la Normandie face à Caen (10-0, résumé), les rouennais assistaient avec délectation au lourd revers amiénois à Viry 7-3. De quoi mettre les Dragons dans une situation confortable pour clore l'année 2012 sur le traditionnel tournoi U15 « Romain Montagnac »


Battus lors des matchs de poule successivement par Amiens (0-2) et les Dutch Lions (1-3), c'est à la troisième place du classement qu'échouaient les Dragons lors de la première phase, derrière d'intouchables bataves, Dutch Lions avec six victoires et Amiens déboulonné par les néerlandais (1-2) après avoir concédé le match nul 2-2 contre les tchèques de Kadan (résumés journée 1 & journée 2) Les étrangers s'expliquant entre eux avec une victoire des Dutch Lions 3-1 sur Kadan, dans l'autre demi-finale du tournoi, les Dragons prendront leur revanche sur Amiens en s'imposant 2-0 (résumé) Finalistes face aux oranges, les rouennais créeront la surprise en s'imposant sur le plus petit score possible 1-0 face aux Lions néerlandais (résumé). De quoi mettre de bonne humeur au moment d'aborder l'année 2013 avec la troisième des quatre confrontations face à Amiens avec à la clef un nouveau match nul 4-4 (résumé). Pas nécessairement une mauvaise affaire avec trois points d'avance conservés au classement pour des rouennais. Pour autant, en dépit de quelques succès face aux seconds couteaux, certains plus difficiles comme ce 8-5 compliqué face aux Drakkars de Caen, les rouennais se feront peur dans le « money time » avec la revanche picarde à domicile pour une victoire rouge et noir 4-3. Revenus à un point des Dragons à quatre matchs de la fin de la première phase, les Dragons, pour échapper à un tour en quart-de-finale, ne pouvaient plus se permettre le moindre faux pas. Rassurés face aux Jets de Viry (5-3), avec un match en retard sur Amiens, les rouennais perdront tout de même la première place le temps de quelques jours et d'un week-end à deux matchs et deux victoires face à Viry 8-3 et Neuilly-sur-Marne 29-0. Bouclant sur un succès 21-1 face aux Comètes de Meudon, les Normands assuraient leur première place devant Amiens et Viry, décrochant ainsi leur place directement en demi-finale. Logique au regard du parcours des rouennais et de leur ostensible puissance offensive avec 242 buts marqués pour 36 encaissés (+206) loin devant les 183 buts amiénois contre 43 pris (+140) Solides retrouvailles en perspective en play-offs annoncées entre les rivaux historiques de la plaine.

 

 

Révolution au sein de la ligue « Pyrénées » désormais nommée ligue « Sud-Ouest » avec le retour des frontières glacées entre le hockey espagnol et le hockey français. Chacun chez soi, plus de participation des équipes ibériques à la poule, sans les espagnols, la fête était moins folle, nettement avec quatre équipes en lice seulement et une domination sans ambiguïté de l'Hormadi d'Anglet. 125 buts marqués,12 encaissés, les basques gloutonneront tout le gâteau en battant à quatre reprises chacun de ses adversaires y compris sur son dauphin Bordeaux qui concédait un quatrième revers à Anglet 3-4 validant mathématiquement la première place basque dès le début du mois de février. Sans adversaire en dépit d'une belle résistance des girondins bordelais qui enregistrera qu'un seul faux-pas contre Toulouse et Brive, le match concédé 3-3 chez les Bélougas, Anglet, sans coup férir, mettait la première pierre d'une domination basque au sein de la ligue Sud-Ouest pour plusieurs saisons. Réduite à sa portion congrue avec une seule place disponible en play-offs pour six équipes en lice, la ligue « Ouest » ne permettait que peu de marge de manœuvres pour les équipes en compétition. Nécessairement à l'avant-poste, Tours s'envolera rapidement au classement laissant dans son sillage Cholet et Angers, une nouvelle fois distancé dans sa poule géographique. D'entrée de jeu battu par Tours 2-1, les Ducs s'inclinaient une deuxième fois en quatre match face à Cholet, principal concurrent des angevins (3-1) Profitant de la défaite des Dogs à Tours (1-4), Angers se relançait à domicile avec un net succès sur Cholet 3-0. Bien que remis d'aplomb, Angers, à égalité de point avec son voisin choletais restait en deçà avec un match en plus, bien loin d'un Tours déjà dans un fauteuil avec cinq victoires en cinq rencontres. Tourmentés par Tours, Cholet (2-4) et Angers (2-8 & 0-5), les deux belligérants devaient attendre leur confrontation directe pour sceller le sort du duel même si les Dogs de Cholet s'offraient une belle affaire en arrachant le point du match nul 2-2 Tours, premier point perdu par les Remparts après douze rencontres jouées. A trois matchs de la fin de son parcours en première phase, Cholet à la deuxième place bénéficiait d'une avance solide de sept points sur une équipe d'Angers qui pouvait encore escompter remporter dix points au gré des matchs en retard. Gâchant logique deux points avec une nouvelle défaite à Tours (1-5), Angers se rapprochait néanmoins à cinq points de Cholet à trois matchs de la fin puis trois avec la défaite choletais à domicile contre Tours (3-5) Tout proche de coiffer au poteau Cholet, les Ducs angevins mettaient toutes les cartes de leur côté en s'imposant 3-1 face au Dogs pour le match retour. Malheureusement pour les Ducs, s'ils feront le travail à la dernière journée en s'imposant 5-0 à Nantes, Cholet en faisait de même en sauvant sa deuxième place face à la lanterne rouge orléanaise 13-2, Angers échouant à un point après une belle remontée alors que Tours invaincu en seize journées décrochait logiquement et sans contestation possible sa place en quart de finale.

 

 

Exclusivement centré sur le duel entre les Ducs de Dijon et l'Etoile Noire de Strasbourg, la Poule « Est » n'affichera que peu de suspense, les deux seules places qualificatives pour les quarts de finale étant d'entrée de jeu octroyées aux deux duettistes. Grâce à son succès 3-1 à domicile sur l'Etoile Noire, Dijon prenait un rapide ascendant sur les alsaciens dès la deuxième journée jouée. Dans le sillage des deux protagonistes, l'association Colmar / Mulhouse s'accrochait au couple de tête bien que cédant ici ou là quelques points précieux lors des confrontations directes, ici face à Strasbourg (5-6), là contre Dijon (1-5) Rien de grave jusqu'au faux pas commis en déplacement chez les Dauphins d'Epinal. Un revers 6-2 qui plombait clairement les ambitions de mulhousiens désormais totalement décramponnés au classement laissant Strasbourg et Dijon s'expliquer entre eux même si taquins, les alsaciens s'offraient un dernier fait d'armes en contrariant son rival bas-rhinois strasbourgeois avec une victoire à domicile 6-4 sur l'Etoile Noire. Strasbourg en délicatesse à Mulhouse, finira par sombrer en janvier avec deux défaites rédhibitoires face à Dijon (7-1 & 5-2) Deux scores lourds qui généraient un immense écart au classement avec six points d'avance et un match en moins pour les bourguignons. Ecart trop important pour empêcher les Ducs de valider leur première place à quatre matchs de la fin de la première phase avec néanmoins une défaite de décompression à la mi-mars à Strasbourg 4-1. Sans conséquences, aucune au classement, le podium étant quasiment figé avec une dernière incertitude le titulaire de la troisième place qui se jouera dans les dernières encablures entre Mulhouse et Reims parfaitement ex-aequo à quatre matchs du terme avec une ultime confrontation directe qui tournera à l'avantage de Mulhouse 8-2. Honorifique uniquement, la troisième place relevait de l'anecdote, seuls Dijon et Strasbourg décrochant le bon billet pour les play-offs.


Au sein de la poule nouvellement nommée « Sud-Est » en remplacement de « Alpes », c'est une recomposition complète de la hiérarchie qui s'opérait en début de saison avec l'arrivée de l'entente Hockey 74, une alliance multiple autour de quatre clubs : Saint-Gervais, Megève, Chamonix et Annecy. De fait, avec la mutualisation des forces vives de Haute-Savoie, c'est un rouleau compresseur qui écrasera la concurrence toute au long de cette première phase qualificative pour les play-offs nationaux. Même les Brûleurs de Loups de Grenoble, médaillés de bronze la saison précédente, passeront à la moulinette avec un seul match nul décroché à la première journée en Haute-Savoie (5-5) Pour les autres rendez-vous fixés entre les deux ténors, Hockey 74 se taillera la part du lion avec trois sèches victoires : 9-4, 6-1 et 6-5. Invincibles, invaincus, c'est en patron qu'Hockey 74 traversera les vingt matchs de saison régulière avec comme seul bémol ce match nul face aux Brûleurs de Loups isérois. La première place, seule place qualificative pour les demi-finales nationales, rapidement trustée par Hockey 74, les autres protagonistes de cette poule sud-est devait se contenter de la lutte pour les deux autres places du podium offrant un billet pour les quarts de finale. Bien que largement maîtrisés par Hockey 74, les Brûleurs de Loups Grenoblois n'auront que peu de peine pour décrocher la deuxième place au classement avec seize victoires d'estime réparties à part égale avec les quatre autres belligérants : Villard-de-Lans, Hockey 74 (2), Briançon et Gap. Avec un championnat à triple étage, Hockey 74 en locomotive, Grenoble en suiveur, la véritable incertitude se situait dans l'octroi de la dernière place qualificative en play-offs entre les quatre pré-cités. Au petit jeu du championnat des seconds couteaux, les Ours de Villard-de-Lans prendront rapidement l'ascendant notamment grâce à ses trois succès sur ses poursuivants dans l'ordre Briançon (6-2), Gap (3-1) et Hockey 74 (2) (13-1) Un premier jalon posé dans ce mini-championnat qui permettait aux ursidés de maîtriser relativement la situation en dépit d'un revers désagréable à domicile face à l'équipe réserve de Hockey 74. Débutant l'année 2013 avec deux points d'avance sur Hockey 74 (2) et trois sur Gap, les Ours, en dépit d'une anicroche avec la défaite à domicile face à Gap (2-6) parviendront à tenir en respect ses chasseurs avec des succès probants notamment face à Hockey 74 (2) à trois reprises (6-4, 13-1, 19-2) pour une seule défaite 4-5. De quoi laisser la deuxième équipe iséroise accompagner Grenoble et Hockey 74 en play-offs.

 

 

Ligue " IDF - Nord - Normandie " Ligue " Ouest " Ligue " Sud-Ouest "
1er : Dragons de Rouen 1er : Remparts de Tours 1er : Hormadi d'Anglet
2ème : Gothiques d'Amiens 2ème : Dogs de Cholet  2ème : Boxers de Bordeaux
3ème : Jets de Viry 3ème : Ducs d'Angers 3ème : Bélougas de Toulouse
4ème : Bisons de Neuilly
4ème : Nantes / Rennes 4ème : Grands Ducs de Brive
5ème : Drakkars de Caen
5ème : Renards d'Orléans   
6ème : Comètes de Meudon
   
     
Ligue " Est " Ligue " Sud-Est "  
1er : Ducs de Dijon 1er : Hockey 74  
2ème : Etoile Noire de Strasbourg 2ème : Brûleurs de Loups Grenoble  
3ème : Colmar / Mulhouse 3ème : Ours de Villard de Lans   
4ème : Phénix de Reims 4ème : Hockey Club 74 (2)  
5ème : Dauphins d'Epinal 5ème : Rapaces de Gap  
6ème : Aiglons de Besançon 6ème : Diables Rouges de Briançon  

 

Avant de voir débarquer en demi-finale les équipes de Rouen et Hockey 74, le premier tour de quart de finale offrait aux équipes un premier tout de chauffe. Sur sa glace du Coliséum les Gothiques d'Amiens ne souffriront que de peu de contestation durant les trois journées mises à disposition pour arracher une des trois places en demi-finales. Malmenés par trois fois, les Basques d'Anglet se montreront rapidement trop fragiles pour prétendre à une place dans le bon wagon. Battus en ouverture par Anglet avec d'enchaîner deux revers face à Amiens (1-9) et Viry (2-7) les angloys ne seront que spectateurs de la lutte du triumvirat de tête largement dominé par les Gothiques, auteur d'un parcours sans faute avec trois victoires, Viry et Tours s'inclinant sur le même score 4-2 face à la troupe rouge et noire. Sortant vainqueur in-extremis 5-4 de leur confrontation face à Tours, les Jets de Viry s'offraient le statut de dauphin d'Amiens, pour l'anecdote, les affaires très sérieuses étant attendues pour le tour suivant en demi-finale. Même schéma à l'Est ou presque avec une équipe dominante, Grenoble avec trois victoires et Strasbourg en difficulté avec trois défaites. Pour autant, plus serrée seront les rencontres avec une première manche remportée par les Brûleurs de Loups de Grenoble 7-6 aux tirs aux buts face à Villard-de-Lans. Coriaces, les ursidés étonneront, détonneront tout le week-end en allant chercher les points de la victoire face Dijon (5-2) et Strasbourg (7-0) Deuxième derrière les Brûleurs de Loups, les « autres isérois » auront su tirer leur épingle du jeu dans un groupe où les Ducs manquaient l'occasion de perturber l'ordre établi avec un point perdu face à Strasbourg au prix d'une victoire étroite 4-3 en prolongation. Balayés par Villard-de-Lans et Grenoble (6-3), les bourguignons ne parviendront pas à se hisser au niveau du couple isérois mais décrocheront néanmoins le troisième strapontin pour la demi-finale, l'Etoile Noire de Strasbourg, quatrième, décrochait une insipide cuillère de bois (résumé)

 

 

Dans la demi-finale Est, si la première journée sera conforme aux attentes et aux prévisions, une deuxième journée totalement farfelue viendra rebattre totalement les cartes avec à la clef un énorme camouflet pour l'équipe haut-savoyarde de Hockey 74. Dans le traditionnel duel des isérois, une nouvelle fois, les Brûleurs de Loups de Grenoble prendront l'ascendant sur des Villardiens accrocheurs à l'image du doublé de Pierre Robert permettant l'égalisation à 2-2 après les deux buts de Martin Mattioni, mais trop tendres encore pour tenir le rythme, brisés dans les dix dernières minutes avec deux buts de Lauric Convert et Léo Lombardo. Dans l'autre match de la première journée, avec l'étiquette de vainqueur de la ligue « Sud-Est », Hockey 74 assurera l'essentiel en prenant les trois points de la victoire face aux Ducs de Dijon bien que connaissant moult difficultés pour venir à bout des bourguignons. Avec comme chef de fil offensif Jonathan Estienne auteur du doublé en réponse aux buts d'Arthur Devouassoux et Julien Romand, les Ducs de Dijon emmèneront les hauts-savoyards jusqu'à trois minutes trente de la fin du match avec un but libérateur de Julien Munoz pour le 3-2 pour Hockey 74. Dès le lendemain, la folie s'emparait de cette demi-finale et plus rien ne semblait cohérent avec la revanche des battus de la veille. A la peine déjà contre Dijon, Hockey 74 explosera en plein vol face à Villard-de-Lans. Trois doublés pour illustrer : Clément Tognan, Louis Boudon et Maxime Ciecerski, six buts pour une démonstration de force offensive des Ours avec à la clef une improbable victoire 6-0. Mieux dans la partie suivante, c'est Grenoble qui trébuchera face aux Ducs de Dijon. A nouveau fortement impliqué, un doublé de Jonathan Estienne accompagné de Louis Petit aura raison des grenoblois auteur d'un seul but, celui de Benjamin Berard. Avec quatre équipes à égalité pour la dernière journée, difficile de faire plus simple comme dénouement avec des places pour la finale distribuées au vainqueur des deux rencontres. Sur la lancée de leur improbable victoire sur Hockey 74, les Ours de Villard-de-Lans ne manqueront pas leur rendez-vous pour la finale. Alors que la dernière apparition en finale d'une équipe de Villard-de-Lans remontait à la saison 1995-1996 et un carré final disputé à Gap, 17 ans plus tard, en battant Dijon 4-1, les Ours s'offraient leur billet en finale en compagnie de leurs voisins de Grenoble. En effet, absents depuis deux ans des finales, les Brûleurs de Loups ne manqueront pas le rendez-vous cette fois en s'imposant 5-2 face à une équipe de Hockey 74, favorite pour la finale mais déboutée dès les demi-finales.


Avec la perspective de disputer le carré final, sur les bords de Seine, à la maison, dans l'autre demi-finale, les Dragons rouennais n'avaient pas d'autre ambitions que de décrocher le plus rapidement possible leur qualification au terme d'un week-end parisien qui s'avérera plutôt heureux pour les rouennais (présentation). Le trio de la poule Ile-de-France – Nord – Normandie reconstitué, les Dragons bénéficiaient d'un solide tour de chauffe à la première journée. Avant de retrouver son principal concurrent, Amiens à la deuxième journée, les rouennais débutaient face aux Jets de Viry. Concédant l'ouverture du score aux franciliens, les Dragons prendront le large avec cinq buts dans le premier vingt minutes. Même si Viry-Châtillon remportera 2-1, les deux tiers suivants, l'avance acquise en première période notamment grâce à un triplé de Justin Addamo sera suffisante pour voir les rouennais s'imposer 7-5 (résumé). Loin d'être une sinécure pour les rouennais contraints de batailler fort pour s'imposer. Dans l'autre match, c'est l'ex-rouennais Kévin Tassery qui marquera de son empreinte la rencontre entre Amiens et Tours. Tout comme l'artilleur rouennais Justin Addamo, l'attaquant désormais amiénois, compilera cinq points dont un triplé participant largement à la victoire des Gothiques 9-3. Le décor planté, mis en confiance par son succès sur les franciliens, les Rouennais, soucieux de marquer leur territoire, entendaient bien se faire respecter face aux Gothiques. Menant 2-0 au quart d'heure de jeu grâce aux deux Victor, Ranger et Durand, les rouennais basculeront à la mi-match en menant 3 buts à 0 par l'entremise de Clément Papeil. Maitrisant leur sujet avec un quatrième but pour Hugo Dumont à treize minutes du terme de la rencontre, les rouennais verront par deux fois le retour des picards dans la course par Arthur Nadaux et Kévin Tassery mais bien insuffisant pour venir la troubler la douce sérénité rouennaise avec un succès 4-2 (résumé) Les Normands, qualifiés au terme de la deuxième journée, pouvaient désormais assister avec curiosité au duel pour la deuxième place en finale entre Amiens et Viry, les parisiens relancés par leur succès 5-3 face à Tours. Avant d'assister au duel final pour la finale, les rouennais devaient s'acquitter d'un dernier match « pour la formalité » face à Tours. Si contre les Remparts, la victoire sera au rendez-vous, un nouveau triplé d'Antoine Addamo participant grandement à la victoire jaune et noir (5-2, résumé), il n'en restait pas moins que l'expulsion d'Hugo Dumont avait de quoi contrarier les rouennais, contraints de se priver de leur attaquant pour le premier match de la finale face aux Gothiques d'Amiens. En effet, dans la dernière rencontre, Amiens décrochera son billet en finale non sans mal. Neutralisée à 2-2 à la fin de la deuxième période, au gré de deux buts, l'un pour Kévin Tassery, l'autre pour Thomas Pibouleu, la partie basculait au début du troisième tiers avec un succès 4-2 amiénois qui mettra longtemps à se dessiner. Dans la douleur, Amiens accompagnait Rouen en finale où ils retrouveront Grenoble et l'invité surprise villardien.

 

 

 

C'est une nouvelle sympathique page de l'histoire du Club de Hockey Amateur de Rouen que les Minimes Rouennais 2012-2013 auront écrit pour ce dernier week-end d'avril 2013. Déjà sacré à sept reprises (1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007 & 2008), le Club de Rouen pouvait rajouter une 8ème couronne U15 à son armoire à trophées, le 18ème titre de l'histoire du hockey mineur jaune et noir au terme d'une finale haute en couleurs. En effet, à l'issue de la première journée de ce carré final rouennais (présentation), tous les indicateurs semblaient au vert pour les Dragons. A l'instar des demi-finales, un début de match puissant leur permettait de dominer Amiens rapidement au tableau d'affichage, 3-1 à la fin du 2ème tiers, grâce à un céleste triplé de Justin Addamo, déjà auteur de six buts en demi-finale. En dépit du retour des picards en grâce avec un doublé de Matisse Bienaimé et un but de Louis Olive, les Rouennais ne lâcheront pas l'affaire s'imposant 4 buts à 3, Antoine Figueira complétant la liste des buteurs rouennais (résumé) Dès le lendemain, les sourires de la veille semblaient bien loin (bilan journée 1). Face à Villard de Lans, les Dragons passeront à coté de leur sujet face à une courageuse équipe iséroise qui restait pourtant sur un lourd revers face à Grenoble 7-2 à la première journée (résumé). Après avoir mené au score par deux fois, Antoine Figueira puis Victor Ranger trouvant comme réponse des égalisations à 1-1 et 2-2 de Clément Tognan, les Normands se feront surprendre dans l'ultime minute par un but de l'attaquant villardien Pierre Robert pour s'incliner 2 buts à 3 (résumé). Avec la victoire, également sur le score de 3-2 (résumé), de Grenoble sur Amiens, au soir de la deuxième journée (bilan journée 2), plus que jamais, les Brûleurs de Loups semblaient en passe de succéder aux Gothiques d'Amiens, sans victoire après deux matchs, l'oeil triste à l'idée de voir leur série de quatre titres consécutifs s'interrompre sur les bords de Seine. Avec la possibilité d'une égalité à trois en cas de succès de Villard-de-Lans sur Amiens à la dernière journée, les Dragons, en ballotage défavorable, verront d'un bon œil le réveil amiénois à la dernière journée pour une victoire rouge et noir 6-2 (résumé), synonyme de médaille de bronze pour les picards mais surtout de duel ultime entre Rouen et Grenoble pour le dernier match de ce carré final, avec à la clef pour le vainqueur, le titre de champion de France 2013. Toute une histoire. Oubliés les affres du match de la veille, c'est une partie parfaite que les protégés de Daniel Babka livreront face à Grenoble. Bien que concédant l'ouverture du score à Grenoble par Hugo Sarlin, les rouennais parviendront à réagir violemment en accélérant, sortant au passage du match les Brûleurs de Loups. Ainsi, après avoir neutralisé le score à 1-1 par Justin Addamo, un tiers médian de haute volée qui voyait les Dragons inscrire trois buts par Justin Addamo, Sacha Guillemain et Hugo Dumont pour une seule réponse iséroise, celle de Jordan Enselmoz, permettait à l'équipe normande de basculer dans le troisième tiers en menant 4 buts à 2.


Indestructibles, les Dragons le seront durant le troisième tiers, ajoutant trois buts pour un seul concédé. Si les rouennais avaient fait le travail en menant au score avec cet ultime tiers, il faut bien l'avouer clairement aidé par un arbitrage à sens dans le troisième tiers, les Dragons se verront la tâche facilitée. Avec 72 minutes de pénalités dont 56 dans la troisième période contre 12 pour les Dragons, les Grenoblois avaient de quoi être rancunier vis à vis de l'arbitrage avec un dernier tiers qui tournera au naufrage nerveux à l'image de l'expulsion de l'un des meilleurs atouts offensifs isérois Benjamin Berard. Pris dans la tourmente, Grenoble se noiera en concédant trois nouveaux buts à Emmanuel Jamin et Hugo Dumont qui complétait au passage son triplé personnel. En fin de match, Jordan Enselmoz réduisait bien le score à 7-3 mais uniquement pour l'anecdote, la démonstration de force offensive des Dragons jusqu'alors permettant d'aller chercher la couronne à la sirène finale (résumé) Casques, gants, crosses volaient de concert pour les rouennais qui n'en finissaient plus de s'enlacer.  Un concert de sourires, un océan d'embrassades, un fleuve de célébrations... En bref, un torrent de bonheur inondait la patinoire de l'Ile Lacroix pour rendre hommage aux champions de France Minime 2013 !

 

1/4 de Finale Ouest (Amiens) 1/4 de Finale Est (Grenoble) 1/2 Finale Ouest (Viry) (compteurs)
1er : Gothiques d'Amiens
1er : Brûleurs de Loups de Grenoble 1er : Dragons de Rouen (compteurs)
2ème : Jets de Viry 2ème : Ours de Villard de Lans 2ème : Gothiques d'Amiens (compteurs)
3ème : Remparts de Tours 3ème : Ducs de Dijon 3ème : Jets de Viry (compteurs)
4ème : Hormadi d'Anglet
4ème : Etoile Noire de Strasbourg
4ème : Remparts de Tours (compteurs)
     
1/2 Finale Est (Grenoble) (compteurs) Finale (Rouen) (compteurs)  
1er : Brûleurs de Loups Grenoble (compteurs) 1er : Dragons de Rouen (compteurs)
 
2ème : Ours de Villard de Lans (compteurs) 2ème : Brûleurs de Loups Grenoble (compteurs)  
3ème : Hockey 74 (compteurs) 3ème : Gothiques d'Amiens (compteurs)  
4ème : Ducs de Dijon (compteurs) 4ème : Ours de Villard de Lans (compteurs)  

 

 

 

 



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :