"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U22A Bilan 2012-2013


Vice-champions la saison précédente (bilan 2011-2012) au terme d'une campagne de play-offs particulièrement haletante, au regard de l'alternance des titres entre Grenoble et Rouen instaurée depuis la saison 2008, les rouennais espéraient bien être en mesure de reconquérir le titre de champion de France. Avant de penser à rajouter un cinquième titre à son histoire, les Dragons devaient déjà négocier au mieux la saison régulière pour ne pas se retrouver dans la situation de la saison précédente avec une finale à jouer à l'extérieur. Objectif première place pour la troupe jaune et noir avec une entame de saison particulièrement éloigné de ses ambitions. En effet, il fallait remonter cinq ans en arrière à la saison 2008-2009 pour trouver trace d'une défaite rouennaise à la première journée. Mont-Blanc 3-5, il y a cinq ans et Reims en Champagne pour cette première journée de 2012. Emportés par une vague rémoise symbolisée par le triplé de Rémi Houque, c'est sur un cinglant 3-0 que les Rouennais s'inclineront pour leur premier match. De mauvais augure, cette première défaite n'empêchait pas les Dragons de rebondir aussi vite mais les premières rencontres jouées par les Normands resteront particulièrement hésitantes. Asthmatique à Reims, les Rouennais retrouvaient un peu de souffle en déplacement en Picardie. Menant au score à deux reprises 1-0 puis 2-1 avant de se faire rejoindre systématiquement, sous l'impulsion d'Anthony Rech et Johan Saint-André en l'espace de cinquante-trois secondes à dix minutes de la fin deux buts permettront aux rouennais de s'imposer en dépit de la réduction du score à 4-3 (résumé) du défenseur Aziz Baazzi à deux minutes du terme de la rencontre. Bien que mené 1-0 à la maison par les Ours de Villard-de-Lans, au contraire de la partie suivante face à Angers sur l'Ile Lacroix, les rouennais, au complet face aux quinze villardiens ne connaîtront que peu de frissons d'effroi. Une victoire probante 6-3 (résumé) qui pour autant ne permettait pas de lancer en fin la saison des Dragons. Pourtant auteurs d'un début de saison compliqué avec une unique victoire en trois journées, les Ducs d'Angers, en se rendant sur l'Ile Lacroix, viendront couper l'élan jaune et noir. Après avoir bien résisté 4-2 face au champion de France en titre, Grenoble, les ligériens viendront chercher le point de la prolongation à Rouen. En trouvant l'ouverture en dépit de partition, l'ex-rouennais, Robin Gaborit mettait les siens dans d'excellentes dispositions. Au prix de deux but d'Anthony Rech et Dimitri Thillet, les rouennais parviendront rapidement à renverser la tendance. De 2-1 à 2-2, il n'y a qu'un pas qui sera franchi par l'angevin Léonard Nalliod-Izacard à l'entame du troisième tiers. Le score congelé à 2-2, c'est à huit secondes de la fin de la prolongation que Dimitri Thillet exploitera un avantage numérique pour sauver la patrie en apportant les deux points de la prolongation (résumé). Quatrièmes à quatre points déjà d'Hockey 74 tout récent vainqueur de Grenoble 3-1, les Normands, ne pouvant guère se satisfaire de ce mois de septembre sombre, feront en sorte qu'octobre soit rose avec une belle série de succès importants initiés à la patinoire du Haras. Contraints d'abandonner le point de la prolongation quelques jours auparavant, en déplacement en Anjou, le déclic se fera pour les rouennais au plus fort de la tempête ligérienne. Suite à une première période sans but, en cinq minutes dans le deuxième tiers, Angers ravageait la défense haut-normande avec de buts coup sur coup de Bastien Guerin et Robin Gaborit. A la traîne à 0-2, la mi-match permettra aux rouennais d'abord de réduire la marque par Loup Benoît avant d'égaliser dans la dernière minute du tiers médian par Damien Bourguignon. Libérés et dopés par leur retour au score, les Rouennais, grâce à sa brigade défensive, Théo Lanvers et Léo Guillemain, feront plier les Ducs pour une victoire 4-2.

 

Pour lancer les Dragons, il leur fallait un match référence. En renversant un match largement compromis qui plus est à Angers, c'est une belle dynamique et un état d'esprit enthousiaste qui s'installait dans le camp jaune et noir, timing parfait à l'heure d'aborder un triptyque périlleux : Grenoble, Reims et Hockey 74. Fraichement battus en prolongation 1-0 à Villard-de-Lans, les Brûleurs de Loups de Grenoble connaîtront une deuxième défaite de suite sur l'Ile Lacroix. En plombant la rencontre des Isérois après seulement vingt-quatre secondes de jeu, Anthony Rech donnait le ton d'une rencontre qu'ils maitriseront paisiblement jusqu'à l'approche des dix dernières minutes du match. Soutenus offensivement par Théo Lanvers et Maxime Joly, en abordant le troisième tiers à 3-0, les rouennais faisaient preuve d'une belle faculté à tenir en respect les Brûleurs de Loups même si ces derniers parviendront à revenir dans le jeu avec des buts de Maxime Favre Felix et William Pras (3-2, résumé) Bien accrochés désormais à la troisième marche du podium à quatre points de Hockey 74 et un d'Amiens, non sans plaisir les Dragons assisteront au revers du quatrième Grenoble à domicile justement face au leader du championnat alors que dans le même temps, ils faisaient oublier l'infortune du premier match de la saison perdu face à Reims 3-0 en s'imposant cette fois face aux Champenois à domicile 4 buts à 1 (résumé)

 

Après avoir distancés à sept points les Grenoblois, les Dragons pouvaient désormais regarder devant et notamment du côté de la première place tenue parfaitement par Hockey 74. Avec la confrontation entre Amiens et Grenoble et celle de Rouen face à Hockey 74, c'est un duel plaine montagne particulièrement intéressant pour le classement. Dans le combat des « quatre gros », c'est la plaine qui en sortira vainqueur. Alors que les Gothiques d'Amiens s'offraient le scalp de Grenoble 2-1 sur leur glaçon du Coliséum, les Rouennais, de leur coté, réussiront la redoutable performance de faire chuter le leader invaincu du championnat. Sept victoires au compteur en sept matchs, meilleure attaque, meilleure défense, favori pour briser l'hégémonie des titres grenoblo-rouennais, ce n'est pas le Mont-Blanc que les Dragons devaient gravir mais l'Everest au moment d'aborder la confrontation face à Hockey 74. Bien que privés de leur chasseur de buts, Mathias Terrier, la triple entente n'était pas pour autant dépourvu d'atouts offensifs à l'image de Jérémy Ares auteur de l'ouverture du score. Alors que la dernière seconde du premier tiers, Raphaël Faure trouvait l'égalisation à 1-1 d'un lancé plein axe en avantage numérique, la dynamique changeait de camp et les rouennais se transcendaient pour franchir le cap du deuxième tiers en menant 3 buts à 1 grâce à l'entremise des buteurs Anthony Rech et Damien Bourguignon. Si Arthur Coulon réduira le score à 3-2 à moins d'un quart d'heure de la fin du match, les Dragons tiendront leur exploit grâce notamment à leur haut-savoyard jaune et noir, Anthony Goncalves auteur du quatrième but rouennais à cinq minutes de la fin du match, coupant court à toute velléité offensive montagnarde lors des cinq dernières minutes. Excellent pour le moral, ce succès 4-2 (résumé) ne changeait pas la donne au classement même si Rouen se rapprochait mais une chose est sure, désormais, les rouennais pouvaient surfer cette vague pour capitaliser sur la suite de la saison régulière. Alors que Grenoble totalement en perdition perdait à nouveau des points à Gap (3-2) pour une sixième défaite consécutive des Isérois, les Dragons se verront freiner un temps par l'artillerie amiénoise. Emmenés par leur inarrêtable attaquant Guillaume Leclerc, pourtant cadet surclassé, auteur du double sur l'Ile Lacroix, les Gothiques profiteront de la « fête des morts » pour danser sur le cadavre du Dragon vaincu sur l'Ile Lacroix (2-3) Un contre-temps seulement, bien plus fringants qu'en début de saison, au sortir de leur mois d'octobre étincelant, les rouennais termineront leur année 2012 en trombe en s'offrant une série de cinq matchs victorieux en autant de parties jouées. Ainsi profitant d'une période tourmentée amiénoise qui les conduiront à s'incliner tour à tour à Angers (4-3) et à Saint-Gervais (5-4), les rouennais au bénéfice de leurs succès 4-3 à Reims et 6-2 à Gap, se serviront de la 11ème journée pour chaparder la deuxième place à la troupe picarde. Toujours à quatre points de Hockey 74 mais avec désormais une avance de deux points sur Amiens et dix sur le couple Grenoble – Angers, Rouen pouvait aborder sa deuxième partie de saison avec sérénité.

 

 

Du mois de décembre, il ne sera question que de victoires pour les Dragons. Sur la lancée de ces succès précédents, les rouennais feront tourner les compteurs. Souverains à domicile avec un large succès sur Angers 7 buts à 0, non seulement l'offensive rouennaise se portait bien mais l'arrière garde jaune et noir vivait bien également à l'image de ce deuxième blanchissage acquis cette fois sur le plateau du Vercors, Villard-de-Lans (4-0) Trois points de retards sur Hockey 74 qui venait de perdre le point de la prolongation face à Grenoble, deux points d'avance sur le troisième Amiens, à la veille de Noël, en Picardie, les Dragons feront une belle opération au classement face aux Gothiques. Alors qu'à la fin match les deux équipes devaient se contenter du match au nul 2-2, Damien Bourguignon pour Rouen répondant l'ouverture du score de Romain Carpentier, Guillaume Leclerc lui faisant taire le deuxième buteur rouennais Louis Benoit, c'est donc en prolongation puis à la séance de tirs aux buts qu'il faudra s'en remettre pour désigner un vainqueur. Auteur du tir aux but décisif, l'attaquant rouennais ne boudait pas son plaisir en offrant un joli cadeau de Noël en avance aux siens. Au rythme endiablé sur lequel Hockey 74 enchâssait les journées et les victoires, même si pour la Haute-Savoie, il restait encore à affronter le trio dans l'ordre Rouen, Grenoble, Amiens, du côté des Dragons si l'espoir de combler les quatre points de retard sur le leader, en début d'année 2013, sagesse de rigueur on se préoccupait plus de solidifier la deuxième place en essayent de repousser les assauts amiénois. Dernière confrontation entre les rivaux historiques en saison régulière, cette fois, sur l'Ile Lacroix et nouvelle victoire jaune et noir dans le sur-temps. Comme souvent cette saison, contraints de laisser l'ouverture du score à leur adversaire, en l'occurence cette fois, l'amiénois Younes Baazzi, les Dragons, loin de paniquer feront en sorte de rentrer au score au début du troisième tiers par Damien Bourguignon. Souvent dans les bons, l'attaquant rouennais pouvait se darder d'avoir relancer la dynamique jaune et noir dans cette partie avec comme point d'orgue et apothéose le but en prolongation de Dimitri Thillet. Un nouveau point de perdu sur Hockey 74, un gagné sur Amiens, bon en mal an l'affaire était plutôt bonne pour les rouennais au classement à cinq journées de la fin la saison régulière. Loin d'être une anecdote, l'histoire de cette saison régulière le prouvera plus tard, Amiens avec ces deux défaites de suite dans le sur-temps face à Rouen avait clairement limité la casse et s'en trouvera récompensé au moment du sprint final.

 

 

U22 Elite (Classement final de la saison régulière – Calendriers & Résultats - Compteurs)
1er : Hockey 74 (effectifs - statistiques) Meilleure attaque : Hockey 74 avec 113 buts
2ème : Gothiques d'Amiens (effectifs - statistiques) Meilleure défense : Rouen avec 47 buts
3ème : Dragons de Rouen (effectifs - statistiques)  
4ème : Brûleurs de Loups de Grenoble (effectifs - statistiques) Meilleur compteur : Jérémy Ares (Hockey 74, 46 points)
5ème : Ducs d'Angers (effectifs - statistiques) Meilleur buteur : Guillaume Leclerc (Amiens, 19 buts)
6ème : Rapaces de Gap (effectifs - statistiques) Meilleur passeur : Jérémy Ares (Hockey 74, 30 passes)
7ème : Phénix de Reims (effectifs - statistiques) Meilleur buteur AN : Guillaume Leclerc (Amiens, 5 buts)
8ème : Ours de Villard de Lans (effectifs - statistiques) Meilleur buteur DN : Mathias Terrier (Hockey 74, 3 buts)

 

 

Depuis l'exploit de Grenoble en 2008-2009, quatrième en saison régulière avec d'être champion, aucune autre équipe n'était parvenue à réaliser une performance similaire, les deux derniers sacres ayant été octroyés au vainqueur de la saison régulière. Avec un Hockey 74 au-dessus du lot toute au long de la saison et une équipe d'Amiens particulièrement en verve sur les derniers matchs, les Dragons n'étaient pas nécessairement les mieux placés chez les pronostiqueurs au moment d'aborder la cruciale phase des play-offs. Dans l'histoire des play-offs espoir élite, rarement demi-finale n'aura été aussi intense que celle que vivront Amiens et Rouen. Déjà la saison précédente, Rouen avait connue une demi-finale épique face à Mont-Blanc mais une coche en plus sera franchie dans cette magistrale opposition digne d'une finale. Avec trois victoires dont deux en prolongation sur les quatre rencontres programmées, les Dragons avaient au moins l'avantage de l'antériorité face aux Gothiques d'Amiens. Maigre réconfort au moment de début une demi-finale dans l'auto-nommé « enfer du nord », la Coliséum d'Amiens. Dès la première manche, il était évident que l'empoignade serrée particulièrement langoureuse entre les deux formations même si Romain Carpentier dans les cinq premières minutes du match parvenait à faire éructer de plaisir le public amiénois en ouvrant le score. Au gré d'une séquence en avantage numérique au deuxième tiers, Anthony Rech aura beau ramener tout ce petit monde à égalité 1-1 en toute fin de période, l'impertinent Guillaume Leclerc, également en avantage numérique, offrait à la troupe picarde la première manche 2 buts à 1. Soit. Avec un but de retard à l'orée du deuxième tour, les Dragons espéraient voir cogiter les amiénois avec leur petit but d'avance. Défendre son précieux pécule ou attaquer comme si ne rien était, les deux options étaient possibles et Amiens s'emparera avec délectation de la deuxième grâce à Maurin Bouvet, auteur du premier but à la fin du premier tiers. En incluant le match de la veille en play-offs, sur les 21 rencontres jouées par les Dragons, plus de la moitié des matchs, 12 pour être exact, les rouennais auront concédé l'ouverture du score leurs adversaires avant de s'imposer à la sirène finale à neuf reprises, une belle preuve de caractère. Et du caractère, il en faudra aux rouennais à nouveau pour renverser une tendance particulièrement compromise. Avec deux buts de retard au cumul des deux matchs, le but de Damien Bourguignon était plutôt le bienvenue peu après la mi-match. Insuffisant, néanmoins encore, pour faire chuter Amiens mais un premier pas de franchi tout de même. Du deuxième pas, il sera longtemps question chez les Dragons mais intraitable le gardien amiénois et ex-rouennais Léo Bertein faisait tout pour repousser l'échéance. Encore quelques minutes à jour, cinq minutes puis trois, le temps pressait fort désormais pour les rouennais qui vivront comme une intense délivrance le but de Romain Gutierrez à deux minutes et trente-trois secondes de la fin du match. Electrique ! La belle histoire pouvait s'enclencher, transcendés les rouennais iront chercher leur qualification au bout , du bout, du bout lors d'une séance de pénaltys terrible qui laissera les amiénois en pleurs et les dragons ivres de bonheur après le but vainqueur d'Anthony Rech.


Tout comme l'année dernière et la victoire en prolongation face à Mont-Blanc, les rouennais avaient puisé fort dans leur réserve pour venir à bout de cette équipe coriace d'Amiens alors que dans le même temps Hockey 74 aura géré sereinement sa demi-finale en disposant 6-3 de Grenoble bien que perdant le deuxième match 2-1. De l'énergie physique consommée, de l'influx nerveux perdu, en déplacement en Haute-Savoie pour la finale, à nouveau sur la route, les Dragons s'attendaient à une terrible opposition face au club de Hockey 74 (présentation)

 

 

Deux rendez-vous, deux chocs, deux combats sur le glaçon de Saint-Gervais à commencer par le premier épisode de cette « duologie » entre les deux poids lourds de cette édition du championnat Espoir 2012-2013.« Merci Boiss » « Hockey 74, une année en or » Les banderoles affichées fièrement dans les tribunes de la patinoire de Mont-Blanc ne laissaient planer que peu de doute sur les ambitions affichées par les locaux. Un statut de favori revendiqué et un brin arrogant par la montagne qui n'effrayait néanmoins pas les Dragons bien au contraire, de quoi les exciter et les inciter à faire taire la montagne et lui rappeler qu'un soupçon de modestie ne fait de mal à personne. A l'image d'un début de match où Rouen prendra le dessus dans les dix premières minutes de jeu, Johan Saint-André se chargeant de l'ouverture du score, Anthony Rech d'enfoncer le clou avec une flèche sertie d'or en pleine lucarne. Assommés, les hauts-savoyards ne s'en remettront pas. Totalement déboussolés par les deux buts normands, de larges boulevards s'ouvraient dans la défense de l'équipe haut-savoyard contrainte de se dévoiler pour revenir au score. S'ils y parviendront en partie avec la réduction du score de Jérémy Arès, à la rage, à cinq minutes de la fin du deuxième tiers, les joueurs de Hockey 74 ne pouvaient que s'agenouiller devant le grand bonhomme de cette finale, Anthony Rech. Exploitant un disgracieux raté défensif de Clément Colombin, le virevoltant attaquant rouennais s'illustrait avec le troisième but en break, même situation quelques minutes plus tard sur un « one timer » achoppé pour Raphaël Ranzoni qui permettait une nouvelle fois à Anthony Rech de tromper amoureusement le gardien haut-savoyard en break. Enfin, pour conclure le « show Toto » à une minute et deux secondes la fin du deuxième tiers, une puissante accélération permettait au numéro 18 jaune et noir de continuer de marcher sur l'eau avec un quatrième but assassin. De quoi faire cauchemarder le gardien haut-savoyard pour de nombreuses semaines. Menant 5 buts à 1 à l'orée de la troisième période, les Dragons solides, enthousiastes, réalistes possédaient désormais une marge intéressante au tableau d'affichage. Néanmoins, l'effroi passé, Hockey 74 reprendra de la couleur dans le troisième tiers en entretenant l'espoir d'un retour en grâce le lendemain pour la deuxième manche avec la double réduction du score de Jérémy Ares et Mathias Terrier, un moindre mal pour la Haute-Savoie qui n'accusait à la sirène finale « qu'un » retard de deux buts (résumé)


Sous le regard bienveillant de la Coupe de champion de France joliment installée entre les deux prisons en face des deux bancs, la deuxième manche de combat en finale se déroulera sur la même intensité que la veille. Avec leur petit « matelas » acquis lors du premier round, dans une situation confortable, les rouennais sauront répondre avec maitrise à chaque tentative de Hockey 74 d'emballer la rencontre. Après trente-cinq minutes sans but, c'est toute une patinoire qui se levait pour saluer le but d'Arthur Coulon en supériorité numérique sur une passe de l'inévitable Jérémy Ares. Haranguant le public, le buteur haut-savoyard espérait faire douter des Dragons nettement plus timorés sur le quart d'heure qui suivra. La peur s'immisçant sur le banc jaune et noir face à la furia alpine, les rouennais feront preuve d'une belle dose d'abnégation pour empêcher qu'un sinistre scénario ne s'écrive avec des larmes de Dragon. A treize minutes de la fin du match, sous la houlette de Léo Guillemain, auteur du but égalisateur, tout le banc rouennais se levait comme un seul homme pour saluer ce but si important. Si proches de toucher le graal, c'est avec une énergie décuplée que les rouennais aborderont les dernières minutes. Bien que se jetant au devant de chaque palet pour protéger leur portier Sebastian Ylönen, les Dragons verront les choses s'accélérer dans le money-time. Le deuxième but haut-savoyard de Clément Colombin ravivait la flamme montagnarde à cinq minutes du terme, un vent de folie, une tempête offensive animera la fin de la rencontre alors qu'à deux minutes de la fin Maxime Griet égalisait à 2-2 pour Rouen. Une fin de partie un peu folle se déroulera sur le glaçon du futur terrain conquis des Dragons. Plus que quelques secondes et encore quelques perles de frayeurs sur le banc rouennais et dans la tribune acquise à la cause jaune et noire. En effet, Nicolas Carbonell refusant la défaite lâchait un dernier souffle pour porter la marque à 3-2... 44 secondes d'une intense émotion. 44 secondes et la délivrance offerte en cage vide par Dimitri Thillet (59'59) 3 buts partout (résumé)... L'équipe Espoir de Rouen était championne de France 2013. Une victoire au courage, une victoire de Dragon, une victoire d'équipe... Tout simplement !

 

 

U22 Elite (Classement final des play-offs – Calendriers & RésultatsCompteurs)

1er : Dragons de Rouen (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur compteur (PO) : Anthony Rech (Rouen, 7 points)
2ème : Hockey 74 (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur (PO) : Anthony Rech (Rouen, 6 buts)
3ème : Brûleurs de Loups de Grenoble (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur passeur (PO) : Clément Colombin (Hockey 74, 4 passes)
4ème : Gothiques d'Amiens (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur AN (PO) : Anthony Rech (Rouen, 2 buts)
5ème : Ducs d'Angers (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur DN (PO) : Anthony Rech (Rouen, 2 buts)
6ème : Rapaces de Gap (Stats : Playoffs - Saison)
7ème : Phénix de Reims (Stats : Playoffs - Saison)  
8ème : Ours de Villard-de-Lans (Stats : Playoffs - Saison)  
       

U22 Elite (Meilleurs Compteurs - Saison 2012-2013)

Meilleur compteur (Saison) : Jérémy Ares (Hockey 74, 52 points)
Meilleur buteur (Saison) : Guillaume Leclerc (Amiens, 20 buts)  
Meilleur passeur (Saison) : Jérémy Ares (Hockey 74, 32 passes)
   
Meilleur compteur Rouen (Saison) : Maxime Joly (24 points)  
Meilleur buteur Rouen (Saison) : Anthony Rech (14 buts)  
Meilleur passeur Rouen (Saison) : Maxime Joly (14 passes)  

 



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :