"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U22A Bilan 2011-2012


Sacrés Champions de France pour la quatrième fois de leur histoire en conclusion d'une saison riche en tout point (bilan 2010-2011), difficile pour les Dragons d'imaginer pouvoir faire mieux pour cette nouvelle cuvée. Quoiqu'il en soit à défaut de faire mieux, l'idée pour les rouennais était ni plus ni moins que d'essayer de conserver leur titre, un défi de taille qu'aucune équipe n'aura réussi depuis la série de trois titres consécutifs remportés les Aigles de Saint-Gervais entre 1996 et 1999.


Alors que la première journée de championnat emmenait les Dragons en Champagne chez les Phénix de Reims, des premiers enseignements pouvaient être tirés avec un succès 4 buts à 2 (résumé) Difficile mais probant face à l'un des demi-finalistes de la saison dernière et seule équipe capable de faire tomber les rouennais en vingt-quatre rencontres jouées. Si sur le papier, cela semblait intéressant, les rouennais l'ignoraient encore mais cette équipe de Reims n'était pas celle de l'année dernière et c'est en fantôme que les rémois traverseront cette première phase. Quoiqu'il en soit, à défaut d'être brillants, les points étaient présents et les rouennais sauront capitaliser leur premier succès dans la foulée avec la réception d'Amiens. Cette fois, face aux Gothiques, la manière était là avec un bémol toutefois. Face à une équipe d'Amiens privée de l'essentiel de ses forces vives prises en otage par l'équipe senior, naïve défensivement voire indolente à l'issue du premier vingt minutes, les deux équipes se séparaient sur le score de 5 buts à 0 à la faveur des Dragons. Il fut un temps où les derbys espoirs entre Rouen et Amiens étaient des matchs accrochés, à couteaux tirés, une vrai empoignade sur le glaçon. Au regard de la première période entre Rouen et Amiens, à l'occasion du premier derby de l'année, le temps des affrontements enflammés semblait bien lointain et la suite ne sera guère plus enthousiasmante pour les Gothiques contraints de s'incliner sur une gifle jaune et noir 9-0 (résumé) Déjà poursuivie comme son ombre par les Brûleurs de Loups de Grenoble, auteur d'un parcours à l'identique, l'équipe rouennaise avait l'occasion de se tester enfin sur l'Ile Lacroix avec la réception du Mont-Blanc. Bien que pris à froid par l'ouverture du score de Mathias Terrier après une dizaine de minutes de jeu, le deuxième tiers auréolé d'un doublé du rouennais Quentin Berthon sera plus propice aux affaires rouennaises. Avec une dernière manche rondement menée et ponctuée de quatre buts à rien, les rouennais, puissants sur leur glaçon, en faisait la démonstration avec une partie remportée 6-1 sans sourciller (résumé) Trois matchs, trois victoires, c'est non sans impatience que les rouennais attendaient la cinquième journée avec le premier rendez-vous avec les Isérois. Avant cela, ce sont les Ducs d'Angers qui passeront à la question sur l'Ile Lacroix avec douleur. Un seul but marqué pour les Ducs, celui de Norbert Abramov contre neuf encaissés par huit buteurs différents côté rouennais, seul Maxime Joly s'offrant le luxe de signer le doublé, l'addition 9-1 (résumé) était lourde pour les Ducs et le bilan radieux pour les Rouennais. Largement détaché au classement avec cinq points d'avance sur le troisième Angers, le couple Grenoble – Rouen, tous deux invaincus, allait pouvoir enfin s'expliquer sur les bords de Seine. Pour le duel des invaincus, un doublé de Damien Bourguignon au premier tiers marquait les esprits et lorsque Théo Lanvers à dix minutes de la fin du match, ajoutait un troisième but, pour les Dragons, rien ne semblait être en mesure d'enrayer leur marche en avant, pas même Grenoble, nouvelle victime 3-0 accrochée au tableau de chasse des rouennais (résumé)

 

 

Pour l'instant très éloignée de la longue série de 14 victoires de la saison dernière, avec cinq succès de suite, les Dragons étaient sur la bonne voie même si novembre arrivant, l'horizon des rouennais s'obscurcissait avec un peu moins de facilité. Solidement accrochés à la troisième avec quatre points d'avance sur le Mont-Blanc et cinq de retard sur les Normands, les Ducs d'Angers à domicile poseront de vraies difficultés à la troupe jaune et noir. Sur la défensive et en difficulté sur la petite glace du haras, les rouennais verront d'un bon œil le doublé de Kévin Lorcher qui permettait aux Dragons de tenir face à la pression des Ducs habiles notamment avec le but de William Lefort. Avec le troisième but rouennais à neuf minutes du terme de la rencontre, celui de Quentin Berthon, à 3-1, les rouennais respiraient enfin même si à trois minutes de la fin Norbert Abramov réduisait l'écart à nouveau poussant les rouennais dans leurs derniers retranchements sur la fin de match. Si les Dragons s'en sortiront sans écueil pour cette fois, il n'en sera pas de même dans la foulée dans les Hauts-Alpes. Avec quatre matchs et quatre défaites et une dernière place au classement, les Rapaces de Gap n'étaient pas nécessairement les plus attendus pour interrompre la série de victoires rouennaises. Et pourtant, sous l'impulsion de Yoanne Lacheny et Anthony Rapenne, les Rapaces mettaient en danger des Normands contraints de courir après le score et d'égaliser par deux fois par Valentin Dumélié et Kévin Lorcher. Déjà frustré par le fait d'être embarqué en prolongation, Rouen restera sur le carreau lors de la séance de tirs au but, Mathieu André, l'artificier local se chargeant de crucifier un Dragon trop nonchalant pour espérer se sortir du piège haut-alpin. Leader depuis la première journée, la première place des Dragons ne tenaient plus qu'à un point face à Grenoble. Loin d'être un accident la sortie ratée à Gap n'était en fait que le début d'une zone de turbulence qui secouera les Dragons, le temps de quelques matchs. Sa marge de manœuvre désormais réduite, Rouen s'offrira une belle réaction épidermique à domicile face à Reims. Punching-ball des rouennais, les Phénix prendront de plein fouet la colère revancharde jaune et noir avec au final un score de 8-2 pour les Dragons et une pléiade de points pour les artilleurs jaune et noir (résumé). Cet élan d'énergie face à Reims ne sera finalement qu'un épiphénomène dans la tendance jaune et noir. Ainsi, en match avancé de la 9ème journée, au Coliséum d'Amiens, les Rouennais prendront totalement l'eau. Naufragé sous les coups de boutoirs des Kazarine, Carpentier, Serer et autre Fauchon, hormis l'ouverture du score de Romain Gutierrez dans les deux premières minutes du match, tout le reste sera à jeter côté Dragons avec une humiliante défaite 6-1. Avec un brin de réussite, les rouennais profiteront de l'étonnante défaite grenobloise en prolongation à Mont-Blanc pour conserver sa première place mais ce n'était que partie remise, la spirale de la défaite lancée, c'est une troisième défaite en cinq matchs que les Dragons subiront à Reims, avant-dernier au classement au début du mois de janvier.

 

 

Alors que du coté de Rouen, on espérait que la traditionnelle trêve des confiseurs aura permis de retrouver ses esprits, il n'en était finalement rien. Pourtant dans de bonnes dispositions à domicile en match avancé face aux Gothiques d'Amiens avec un succès 4-2 plutôt encourageant, dès la deuxième rencontre de la rentrée 2012, en Champagne, les Normands retomberont dans le marasme sportif. En effet, à Reims, la boite à victoires des Dragons restera une nouvelle fois cadenassée. Vainqueurs 5-4 (résumé) face à des Dragons amorphes, les Rémois n'en attendaient pas au regard de leur classement délicat. Cette fois, au classement, la situation était plus que périlleuse avec une première toujours plus fragile ne tenant qu'au bénéfice du match en plus des Dragons, donc virtuellement deuxièmes à moins d'un faux-pas grenoblois. Et dès la journée suivante, les Dieux du hockey sur glace semblaient avoir une préférence pour les Dragons. Après son étonnant revers subi en Champagne à Reims, au moment de se rendre à Angers, troisième au classement, le Dragon Rouennais n'avait guère d'autre option que de s'imposer chez les Ducs au risque de se voir déboulonner de la première à la troisième place, les Ducs ayant profité de la morosité des résultats rouennais pour revenir à trois points. Le couteau sous la gorge, la tête sur l'échafaud, la corde au cou, les Rouennais, au pied du mur, parviendront à retrouver de leur superbe et hisser leur niveau de jeu. Avec un doublé de Valentin Dumélié en première période, les Dragons se libéraient d'un poids. Même si Nicolas Hébert pour Angers signait le doublé en réponse au troisième but de Peter Valier, les rouennais, toujours sous la corde raide, parviendront à maitriser relativement la glissade pour s'imposer 7-3 avec pour conclure un doublé de Romain Gutierrez (résumé) Un bonheur n'arrivant que rarement seul, les Dragons accueilleront avec bonne humeur la nouvelle de la défaite des Brûleurs de Loups à Grenoble, 5-1. Pénibles avec les Dragons en début de saison en brisant aux tirs aux buts la série de victoire rouennais, les Rapaces, cette fois, se montraient particulièrement obséquieux pour se faire pardonner les vilénies de début de saison. Le classement perturbé et difficilement lisible avec les différents matchs reportés, il n'en resta pas moins que tout comme le début de la saison, le destin de Grenoble et Rouen sera lié intiment jusqu'à la fin de la saison. En déplacement sur le plateau du Vercors, les Normands expédieront les affaires courantes face à Villard-de-Lans. En rémission depuis leur succès au pied du mur à Angers, c'est sur le score de 6-1 (résumé) que la troupe haut-normande raflera la mise avant 'aborder un nouveau déplacement sous haute-tension en Haute-Savoie.

 

Loin d'être sur la meilleure saison de leur histoire avec une décevante cinquième place, Mont-Blanc restait toujours difficile à manœuvrer à domicile. Pour autant, avec deux buts en cinq minutes sur le début du match, l'un pour Clément Gaudeaux, l'autre pour Valentin Dumélié, l'entame rassurante jaune et noir donnera des ailes au leader du championnat. Enchainant les filets comme des perles avec Quentin Berthon, Raphaël Faure, Clément Gaudeaux et Maxime Joly, les rouennais se laisseront aller à prendre du plaisir sur la glace haut-savoyarde avec un probant succès 6-2 (résumé) De retour sur le devant de la scène, les Dragons, en convalescence, retomberont de leur piédestal et perdront tout en l'espace de trois journées. En perdition depuis trois rencontres avec trois défaites du suite, les Ducs d'Angers viendront faire la loi sur l'Ile Lacroix en s'imposant 5 buts à 2. Très mauvaise opération pour les Dragons au classement. Après avoir accroché à son tableau de chasse les trois ténors du podium, Gap se montrera raisonnable au moment de visiter l'Ile Lacroix. Grâce notamment aux quatre points d'Anthony Rech, les Dragons redressaient la tête à la maison en s'imposant 8 buts à 3 (résumé), de quoi retrouver un brin de sourire avant l'ultime confrontation face à Grenoble à la patinoire de Pole Sud, les Brûleurs de Loups qui a leur tour connaissaient un énorme loupé en s'inclinant 3-1 à Angers. Avec deux matchs en plus sur Grenoble et six points d'avance, virtuellement Dragons et Brûleurs de Loups étaient à égalité de points à la première place au classement. Autant dire que la confrontation entre les deux formations en Isère se révèlera décisive au moment du décompte final. Ancien Dragon, Mathieu Briand mettait la pression d'entrée de jeu aux Dragons en ouvrant le score pour Grenoble avant les cinq minutes de jeu. Alors que la partie basculera dans les cinq dernières minutes du deuxième avec des buts de Lou Bogdanoff et Mathieu Briand à nouveau, Rouen totalement soumis boira la tasse jusqu'au bout avec un quatrième but de César Joffre. La totale. Non seulement, les rouennais perdaient un duel précieux au classement mais en plus au bilan des confrontations directs, Rouen vainqueur du match aller 3-0 mais humilié au match retour 0-4 perdait l'avantage face à Grenoble pour un but. Pour ainsi dire, en cas d'égalité au nombre de points au classement, l'avantage sera donné à Grenoble pour un but. Un petit but qui aura toute son importance au soir de la 20ème journée.

 

 

Avec trois matchs à jouer encore pour les Dragons et une première place désormais promise à Grenoble au moment où les Brûleurs de Loups combleront leur deux matchs de retard. En attendant que le couperet ne vienne trancher la tête du Dragon, les rouennais tenteront de faire bonne figure d'ici à la fin de la saison régulière. L'esprit morose, Rouen assurera l'essentiel face aux Ours de Villard-de-Lans. Même si un ancien dragon, Dimitri Thillet s'illustrait avec deux buts pour les Ours, Clément Hondier par deux fois, Kévin Lorcher et Anthony Goncalves feront en sorte de porter le Dragon à 4-2. Score final, un moindre mal. Entre bonheur, désillusion et espoir, à l'occasion de la 18ème journée, les Rouennais auront toutes les peines du monde à choisir leur émotion, bonheur de battre au Coliséum les Gothiques d'Amiens au terme d'une belle empoignade qui voyait les Dragons mener 3-1 avant de se faire rejoindre à 3-3 quelques minutes avant que tour à tour dans les quatre dernières minutes du match, Peter Valier et Victor Houeix ne viennent donner la victoire 5 buts à 3 aux Dragons... L'Espoir, tandis qu'ils bataillaient pour mettre à terre Amiens, les rouennais apprendront à l'issue du match la défaite de Grenoble à Mont-Blanc 6 buts à 5... Et enfin, la désillusion sans doute à venir pour les rouennais avec une équipe de Grenoble qui devait encore égarer des points sur ses trois derniers matchs pour espérer voir les rouennais triompher de la saison régulière. Non pas à domicile face à Mont-Blanc (3-2) encore moins face à Gap, toujours à domicile 6-0, les Brûleurs de Loups ne se saborderont pas jusqu'à la vingtième et dernière journée qui les conduira à graver définitivement leur nom à la première place du classement. Alors qu'avec un triplé de Maxime Joly, les Rouennais entretiendront l'espoir jusqu'au bout en s'imposant 5-1 face à Reims, le miracle n'aura pas lieu pour les jaune et noir, à Villard-de-Lans, les Grenoblois s'imposeront 3-0, rejoindront les Dragons à 46 points au classement mais les devanceront pour un petit but... un petit but celui de la confrontation directe entre les deux équipes.

 

U22 Elite (Classement final de la saison régulière – Calendriers & Résultats - Compteurs)
1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (effectifs - statistiques) Meilleure attaque : Rouen avec 96 buts
2ème : Dragons de Rouen (effectifs - statistiques) Meilleure défense : Grenoble avec 41 buts
3ème : Avalanche du Mont-Blanc (effectifs - statistiques)  
4ème : Ducs d'Angers (effectifs - statistiques) Meilleur compteur : Mathieu André (Gap avec 32 points)
5ème : Gothiques d'Amiens
(effectifs - statistiques) Meilleur buteur : Mathieu André (Gap avec 25 buts)
6ème : Ours de Villard de Lans (effectifs - statistiques) Meilleur passeur : Raphaël Ranzoni (Mt-Blanc avec 21 passes)
7ème : Rapaces de Gap (effectifs - statistiques) Meilleur buteur AN : Bertrand Fribault (Gap avec 7 buts)
8ème : Phénix de Reims (effectifs - statistiques) Meilleur buteur DN : Mathieu André (Gap avec 5 buts)

 

 

Sur une lancée de sept victoires en huit rencontres, le Mont-Blanc aura opéré sur la fin de la saison régulière un sacré redressement au classement à tel point qu'ils auront fini par doubler à la quatrième place les Ducs d'Angers. Bien ancré à la troisième place du podium, le navire haut-savoyard plein de confiance et d'enthousiasme ira défier une équipe de Rouen déçue de sa deuxième place mais néanmoins mobilisée pour défendre son titre. Rarement demi-finale aura été aussi difficile pour une équipe jaune et noir. Si l'opposition la saison dernière au même stade s'était révélée particulièrement âpre là c'est un véritable duel épique qui se déroulera sur l'Ile Lacroix, les deux équipes se jetant à plein poumon dans une bataille dont le vainqueur sortira nécessairement affaibli après une telle débauche d'énergie. Passé un premier quart d'heure d'atermoiements, peu à peu les Dragons s’enhardiront sur leur glaçon. Sur une combinaison parfaite entre Valentin Dumélié et Romain Gutierrez, Maxime Joly récupérait l'offrande et n'avait plus qu'à lever le palet sereinement pour prendre en défaut Luc Saccomano pour le premier but de la rencontre. Lancée sur un rythme nettement plus élevé, la partie s'animait fortement dans le deuxième tiers. Dominé le Mont-Blanc patientait sagement en attendant son moment. Chose faite sous l'impulsion d'un Jérémy Ares diablement efficace au moment de visiter la défense normande pour l'égalisation à 1-1. De retour à parité, des idées d'effronteries naitront dans l'esprit des Dragons en troisième période. Douche froide sur le banc rouennais pour la reprise de la troisième période avec une séquence en avantage numérique qui permettait au Mont-Blanc de prendre l'avantage. Alors qu'il ne restait qu'une poignée de secondes à tenir pour les Dragons, Morgan Vialle parvenait d'un souffle à empêcher le palet de sortir de la zone. Bien lui en prenait puisque sur le lancer qui s'en suivait, Alexandre Chrétien parvenait à convertir le rebond en but Pas payés de leurs efforts, les Normands subiront le contre-coup à peine cinq minutes après le deuxième but du mont-Blanc sur un lancer de Patxi Biscard repoussé par Sebastian Ylönen mais converti au rebond par Julien Laplace. Dès lors la folie s'invitait sur le glaçon rouennais avec des Dragons désormais menés 3 buts à 1 à une grosse dizaine de minutes de la fin. Débridée, d'un but à l'autre, tout le monde se ruait à l'attaque. Moqueur, le banc du Mont-Blanc chambrait un Dragon agacé et ricanait de façon manifeste. Paradait-il encore au moment où Raphaël Faure décochait un puissant lancer de la bleue que Valentin Dumélié se chargeait de dévier au fond des filets du Mont-Blanc pour le retour. Et lorsque Quentin Berthon, le regard rageur, fixait le banc des alpins, après avoir dévié parfaitement un lancer de Nicolas Lehericey, c'est tout un Dragon qui se dressait fièrement pour rappeler à son adversaire qu'ici c'était Rouen et que la série était tout sauf terminée. Score final à 3-3 (résumé)


Après s'être arrachés la veille pour revenir en fin de match pour revenir de 3-1 à 3-3, pour les Dragons de Rouen, il ne fallait pas s'attendre à une deuxième manche paisible. L'enjeu étant bel et bien et là dans la tête de chacun, les deux équipes avaient besoin de quelques minutes pour évacuer la pression avant de se lancer dans la bataille. Pendant 49 minutes, aucune des deux équipes ne sera en mesure d'ouvrir le score, une lourde chape de plomb s'installait au dessus de la glace de l'Ile Lacroix tant la pression était palpables. Se contentant de quelques escarmouches ici ou là qui ne serviront qu'à mettre en valeur les portiers de deux cotés, à dix minutes de la fin, l'explication finale aura lieu. Profitant d'un temps fort dans le troisième tiers, les Rouennais trouveront enfin l'ouverture par Romain Gutierrez laissé libre plein axe pour un lancer parfait qui trompait Luc Saccomano délivrant toute une patinoire tendue depuis 50 minutes. Survoltée, libérée, euphorique, l'équipe rouennaise poursuivra son effort pour breaker le score et plonger un peu plus le Mont-Blanc dans le trouble. Une pluie d'occasions s'abattaient sur le but d'un Luc Saccomano à l'image de son équipe qui attendait que l'orage passe. Certes, le parapluie montagnard était solide et abritait bien le Mont-Blanc de l'averse normande mais néanmoins les minutes s'écoulaient doucement et plaidaient pour la cause des Dragons. Encore deux minutes à jouer, deux longues minutes et un temps mort demandé par l'équipe du Mont-Blanc (58'22) pour créer le surnombre en fin de rencontre avec la sortie du portier. Un dernier moment de suspense dans cette rencontre qui donnait des frissons à toute une patinoire jusqu'à l'incroyable explosion de joie du banc du Mont-Blanc sur l'égalisation de Morgan Vialle (59'27) Après avoir touché à quelques secondes prêts la qualification pour la finale, les Dragons devaient désormais se résoudre à jouer la prolongation face à une équipe du Mont-Blanc à son tour électrique.

 

Et de la prolongation, il ne sera même pas question de deux minutes« Ici c'est Rouen ! «  scandait la patinoire jaune et noire. Sur un lancer de Clément Hondier, Peter Valier en déviant le palet venait d'inscrire le but vainqueur offrant à l'équipe rouennaise sa qualification 2-1 (résumé) pour la finale du championnat de France. Une incroyable poussée d’adrénaline, une irrépressible vague de joie envahissait l'équipe espoir rouennaise qui méritait sa qualification et l'ovation que lui fera la patinoire de l'Ile Lacroix en attendant la suite des aventures.


Champion de France en titre, en lice pour se succéder à eux-même c'est à Grenoble pour une finale colorée que les Dragons devront la suite et fin de leur aventure. Si, les rouennais avaient du piocher dans leur réserve pour venir à bout d'une incroyablement accrocheuse équipe du Mont-Blanc, Grenoble face aux Ducs n'aura guère eu à forcer son talent avec deux victoires propres : 7-2 et 6-1. Sans adversité en demi-finale, les Brûleurs de Loups, frais et dispos attendaient d'un pied ferme des Dragons, certes déjà rodés à la bataille et prêts à la guerre mais diablement déjà entamé physiquement. Dans une patinoire de Grenoble garnie de 2500 spectateurs, l'ambiance sera au rendez-vous pour les deux rencontres programmées. Tout comme en demi-finale, les premières minutes ne serviront que de round d'observation et il fallait patienter jusqu'à la mi-match pour voir l'ouverture du score jaune et noir de Quentin Berthon. Repris au tableau d'affichage au début du troisième tiers sur un but d'Elie Raibon, l'essentiel de cette première manche se situera dans cette dernière période. A quinze minutes e la fin, Valentin Dumélié faisait taire la chorale des supporters isérois avec le deuxième but des Dragons. Sept minutes plus tard, Peter Valier créait le break à 3-1 laissant les rouennais plus que jamais en ballottage favorable pour le titre de Champion de France. Seule anicroche dans ce scénario parfait pour la troupe jaune et noir, la réduction du score par Nicolas Arrossamena à deux minutes de la sirène finale. Un petit but pour l'anecdote ? L'histoire du deuxième match répondra à cette question. Un but, un petit but, toute l'histoire de ce saison entre Grenoble et Rouen, déjà vainqueurs de la saison régulière grâce à un but supplémentaire marquée lors des confrontations directes avec Rouen, lui permettant ainsi d'éviter la solide équipe du Mont-Blanc en demi-finale et jouer cette finale à domicile. Un petit but encore à la fin du premier qui changeait tout dans l'esprit des uns et des autres au moment d'aborder l'ultime confrontation de cette saison 2011-2012.


Comme un symbole de la solidarité rouennaise, c'est rang serré que les Dragons rouennais accueilleront sur la glace de la patinoire de Pole Sud l'équipe de Grenoble pour le deuxième match.Après un premier épisode la veille vécu par les Normands dans un sourire, les Dragons rouennais avaient à charger de contenir la rébellion iséroise pendant 60 minutes. Pressant d'entrée de jeu, le loup prenait à la gorge un Dragon timoré recroquevillé dans sa zone défensive. En mode « hold-up », les rouennais penseront avoir fait le plus gros en ouvrant le score. Sur une envolée d'Anthony Rech, Sebastian Raibon, le portier grenoblois pouvait s'estimer heureux en voyant le morceau de caoutchouc épousé la forme de la transversale de sa cage. Pour autant, les Grenoblois n'étaient pas sortis d'affaire pour autant, Romain Gutierrez à l'affût s'offrait le rebond et le premier but de la rencontre. Incroyablement sentiment pour l'es Dragons qui désormais se retrouvaient à ce moment de la rencontre titulaires d'une avance de deux buts. Pendant vingt longues minutes, les rouennais parviendront à contenir les assauts grenoblois jusqu'à l'approche de la trentième minute. Quelques secondes après l'énorme occasion de Romain Gutierrez en break, César Joffre trouvait l'ouverture et l'égalisation à 1-1. Un petit but qui changera tout. Au lieu du 2-0, 5-2 au cumul, les rouennais ne possédaient plus qu'un « petit but » d'avance à plus d'un tiers de la délivrance de la fin de match. Dès lors, les affaires rouennais péricliteront tout au long de la période. Egarant trop de palets, en retard dans les duels, Rouen souffrait et accusait le coup de la débauche d'énergie de la veille et du début de match. Visiblement plus frais, Grenoble mettra à profit le tiers médian pour boucler la série à son avantage. Ainsi, en supériorité numérique, Kévin Dusseau désaxait parfaitement la boite rouennaise en décalant le palet sur un Nicolas Arrossamena décisif. Quelques minutes plus tard, avec toute la réussite du monde, ce même Arrossamena prenait un lancer excentré qui finissait par tromper laborieusement le gardien jaune et noire. En l'espace de quelques minutes, des sourires rouennais, il ne restait plus rien et Rouen devra cravacher pour revenir dans la rencontre au risque de perdre le titre. L'ascendant pris par les Brûleurs de Loups de Grenoble menant désormais 3-1, 5-4 au cumul, un seul but manquait aux Dragons pour retrouver l'espoir d'être sacrés. Si le cœur du Dragon battait encore indéniablement, ses jambes, elles, semblaient trop lourdes pour bousculer encore une équipe de Grenoble sure de son fait. Dans une troisième période où Grenoble fera preuve de métier pour tenir le palet et empêcher les Dragons de revenir, cette fois incapables de se transcender une dernière fois. Un quatrième en cage vide pour Kévin Dusseau scellera définitivement l'issue de cette série 4-1 (résumé), Grenoble méritant son titre au vue de la saison et même de la finale jouée face à des dragons, méritants et courageux qui auront tout donné jusqu'au bout avec un ultime instantané de vie lors de la remise des prix. Face à la joie toute naturelle des Grenoblois, les rouennais s'aligneront solidaires en rang serré les bras sur les épaules des uns et des autres avant de saluer comme la tradition le veut la sortie des dernières années Espoir du monde mineur comme une transmission de flambeau des aînés à la jeune génération pour de prochaines aventures.

 

U22 Elite (Classement final des play-offs – Calendriers & RésultatsCompteurs)

1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur compteur (PO) : Nicolas Arrossamena (Grenoble, 8 points)
2ème : Dragons de Rouen (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur (PO) : Nicolas Arrossamena (Grenoble, 5 buts)
3ème : Avalanche du Mont-Blanc (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur passeur (PO) : Clément Colombin (Mont-Blanc, 7 passes)
4ème : Ducs d'Angers (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur AN (PO) : Maxime Suzzarini (Grenoble, 4 buts)
5ème : Gothiques d'Amiens (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur DN (PO) : Nicolas Hébert (Angers, 2 buts)
6ème : Ours de Villard-de-Lans (Stats : Playoffs - Saison)
7ème : Rapaces de Gap (Stats : Playoffs - Saison)  
8ème : Phénix de Reims (Stats : Playoffs - Saison)  
       

U22 Elite (Meilleurs Compteurs - Saison 2011-2012)

Meilleur compteur (Saison) : Jérémy Ares (Mont-Blanc, 39 points)
Meilleur buteur (Saison) : Mathieu André (Gap, 26 buts)  
Meilleur passeur (Saison) : Elie Raibon (Grenoble, 23 passes)
   
Meilleur compteur Rouen (Saison) : Valentin Dumélié (28 points)  
Meilleur buteur Rouen (Saison) : Valentin Dumélié (14 buts)  
Meilleur passeur Rouen (Saison) : Romain Gutierrez (17 passes)  

 


 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :