"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U22A Bilan 2010-2011


Humiliés en demi-finale la saison précédente par Grenoble avec une lourde défaite 2-7 (bilan 2009-2010), les espoirs rouennais n'auront guère pu se consoler qu'avec la médaille de bronze chapardée aux Rapaces de Gap. Leur titre de champion de France perdu, c'est avec l'esprit revanchard que les Dragons abordaient cette nouvelle saison avec l'objectif clair de récupérer leur du. Au sortir d'une campagne amicale délicate dont une défaite face à Angers 2-5, les rouennais, loin d'être inquiets, n'avaient comme seul préoccupation que d'être au rendez-vous de la première journée face à Amiens. Avec un triplé d'Anthony Rech pour débuter, les rouennais ne feront qu'une bouchée de leurs voisins amiénois en s'imposant 5 buts à 0 pour le match d'ouverture (résumé). Un premier blanchissage pour le portier rouennais qui en appelait rapidement un autre, dès la deuxième journée. Face à Villard-de-Lans, sur l'Ile Lacroix, les premières minutes de la rencontre n'offraient aucun but ni aux uns ni aux autres. Particulièrement sérieux sur le glaçon normand, les Ours poseront de nombreux problèmes aux rouennais jusqu'à l'ouverture du score d'Alexandre Mulle peu après la mi-match. Bouclant leur parcours sur cette rencontre avec des buts de Quentin Berthon et Damien Bourguignon, les rouennais, sûrs d'eux, pouvaient savourer leur deuxième succès d'année 3-0 (résumé) Sur les huit équipes en lice, trois seulement restaient invaincue au moment d'aborder la troisième journée : Grenoble, Mont-Blanc et Rouen et justement ces deux dernières équipes s'engageaient dans un conflit direct en Haute-Savoie pour le troisième tour (présentation). « La saison débute plutôt pas mal pour nous. Pour le match contre Rouen, comme chaque année, Rouen possède une très bonne équipe mais on va se donner pour aller chercher la victoire et continuer sur cette bonne lancée. C'est un grand club, certainement le meilleur de France actuellement avec son professionnalisme qui se rapproche beaucoup des bons clubs étrangers» soulignait avant la rencontre l'un des attaquants du Mont-Blanc, Vincent Kara et ce dernier ne pensait pas si bien dire. Scénario difficile à envisager avant la rencontre, y compris par les Dragons, un premier quart d'heure catastrophique des joueurs de Haute-Savoie permettra aux rouennais de trouver à cinq reprises le chemin des filets. Totalement sous l'éteignoir, Mont-Blanc ne se remettra jamais de cette première période à tel point qu'au moment du décompte final, les Normands étaient parvenus à passer dix buts à la Haute-Savoie (résumé) Un succès 10-1 pour les Dragons fort précieux au classement puisque dans le même temps, Amiens s'étant offert Grenoble 3-2, laissait, de fait, les rouennais, seule équipe invaincue et surtout en tête du classement.

 

 

Avec trois points d'avance sur un trio composé de Grenoble, Mont-Blanc et Reims, face à ces derniers à domicile, il faudra s'en remettre à un but à deux secondes de la fin de Peter Valier pour voir les Dragons conserver leur invincibilité. Pourtant confortablement installés dans un fauteuil au début du troisième tiers en menant 5-2, par trois fois avant le cap des dix minutes de la fin du match, les Rémois tromperont la vigilance du portier rouennais. De retour à 5-5, les Phénix pousseront fort pour tenter de décrocher la victoire, en vain, c'est un ex-rémois qui jouera un sale tour à son ancienne équipe avec le but de la victoire (résumé) Au fil des journées, Rouen faisait place nette au classement et à l'occasion de la 5ème journée, c'est une belle affaire que les rouennais feront avec les retrouvailles avec le champion de France, Grenoble. Le souvenir encore bien présent des yeux embués de larmes d'amertume après la défaite en demi-finale, les rouennais feront en sorte d'exorciser en partie les démons d'un passé récent. Ainsi, avec un doublé de Romain Gutierrez et Quentin Berthon autour de la mi-match, les Dragons continueront leur marche en avant alors que Peter Valier en toute fin de match répondait à la réduction du score de Rémi Colotti. Score final 3-1 pour les rouennais (résumé) et un écart de six points désormais entre le leader rouennais et ses poursuivants, Reims et Grenoble. Hasard du calendrier, ces deux équipes s'affronteront dès la journée suivante. Alors que de leur côté les normands passaient une soirée paisible dans les Hautes-Alpes avec une victoire 5-2 sur Gap (résumé), Grenoble et Reims se chamailleront fort avec à la clef une victoire rémoise aux tirs aux but 4 buts à 3, l'attaquant Pierre-Charles Hordolalay se chargeant du penalty décisif. Dès lors, avec deux matchs à négocier pour boucler l'année 2010, rien ne pouvait plus empêcher les rouennais de terminer l'année en tête du classement d'autant plus qu'ils s'évertueront à faire tourner les compteurs face à Angers et Villard-de-Lans. Contre les Ducs, vingt-deux minutes seront nécessaires pour que les Dragons affichent un solide 5-0 avant de s'imposer 10-1 (résumé). Sanction à l'identique sur l'Ile Lacroix avec un déplacement des Rapaces de Gap qu'ils ne retiendront pas nécessairement comme un bon souvenirs, lourdement coulé 8-0 (résumé) Avec huit points en deux matchs, Alexandre Mulle tirait son épingle du jeu notamment mais les Rech (6 points), Valier (6 points) et autre Dumélié (6 points) étaient loin d'être en reste, au grand damne des défenses adverses. Privés de match pour le dernier week-end de novembre et de l'année, la partie contre Reims étant repoussée à la mi-mars, les rouennais assisteront en spectateurs à la dernier journée de l'année 2010. Sans surprise, Rouen bouclait l'année civile en tête avec six points d'avance sur Grenoble mais un match en moins, une position pour le moins confortable.

 

 

Programmée, « en traitre », le 02 janvier, la première rencontre de 2011 proposait aux rouennais un succulent déplacement à Amiens pour tenter de reprendre la dynamique initiée en 2010. Si la question de savoir quelle équipe aura mieux digéré les fêtes de fin d'année était bien posée, Valentin Dumélié avec l'ouverture du score jaune et noir après trois minute de jeu apportait rapidement la réponse. Certes, un quart d'heure plus tard, Romain Bault égalisait pour la troupe picarde mais les artificiers rouennais étaient bien présents. Un doublé pour Anthony Rech et Peter Valier, des buts pour Kevin Lorcher, Cédric Custosse et Clément Gaudeaux, à la sirène finale, le décompte était lourd pour les amiénois, laminés 8-1. Rouen était toujours là en 2011. Si dans la foulée, les Dragons se montreront moins fringants en ne s'imposant que 3 buts à 1 au Haras d'Angers, grâce aux buts de Maxime Joly, Kévin Lorcher et Romain Gutierrez l'essentiel était assuré, les trois points avant une difficile confrontation en perspective face à Mont-Blanc. Alors que l'équipe haut-savoyarde restait sur une partie perdu en prolongation 7-6 à Gap, il n'en restait pas moins qu'avec leur troisième place au classement, à onze points des Dragons tout de même, les montagnards restaient un adversaire sérieux avec à la clef un match très serré face aux Normands. Entre les blessures, les malades, les joueurs appelés à disputer la finale de la Coupe d'Europe à Minsk, c'est une équipe espoir rouennaise diminuée qui s'en remettra à un doublé de Quentin Berthon pour dynamiter l'équipe du Mont-Blanc titulaire d'un simple but de Clément Colombin. Vainqueurs 2-1 (résumé), les Seino-Marins conservaient leur bilan sans défaite mais peu à peu le couperet se rapprochait. A Amiens, mis en difficulté par l'ouverture du score de Valentin Claireaux, les Dragons répliquaient avec quatre buts avant la deuxième sirène. Pour autant, en ajoutant deux buts au début du troisième tiers, revenus à 4-3 (résumé), les Gothiques amiénois mettront une très forte pression sur la cage rouennaise pour tenter d'arracher en vain la prolongation. Score à l'identique à la fin janvier pour les Rouennais mais adversaire bien différente avec le déplacement jaune et noir à la patinoire de Pole Sud de Grenoble. Par trois les rouennais seront menés au score, 1-0, 2-1, 3-2, par trois fois égaliseront jusqu'à la délivrance du but vainqueur 4-3 marqué par Quentin Berthon à quelques minutes de la fin du match (résumé) A sept matchs de la fin de la saison régulière, toujours invaincus, les rouennais ne le savaient pas encore mais la belle série de victoires allait s'interrompre. Non pas à Villard-de-Lans pour la 15ème journée avec un dernier succès 4-1, le quatorzième de suite mais à Reims, la veille de la Saint-Valentin.

 

 

Traverser une saison régulière sans connaître le moindre revers, une équipe rouennaise l'avait déjà fait, en 2006-2007, si cette génération 2010-2011 espérait faire aussi bien, un déplacement en Champagne aura raison des espoirs normands. Alors qu'à l'entrée de la partie, Kévin Lorcher et Vincent Guezou s'étaient succédés pour signer la feuille des buteurs, autour de la mi-match, les Dragons connaîtront un violent trou d'air qui les emmènera jusqu'à dix minutes de la fin du match. Déjà lors du premier match disputé sur l'Ile Lacroix en début de saison, les affaires jaune et noir avaient été tumultueuses manquant de peu de se faire embarquer par une des lames de fond champenoise, cette fois, c'est un naufrage que les Dragons connaîtront avec l'égalisation rémoise obtenue grâce aux buts de l'ex-rouennais Kévin Dusseau et Pierre-Charles Hordelalay. Relancés par leur meilleur buteur maison, le letton Rolans Vigners, le passage à 3-2 déclenchait un nouveau torrent de but rémois à l'entame du troisième avec un nouvel ex-rouennais qui se signalait en trompant la patrie, le défenseur Florian Chakiachvili suivi de Robin Chrétien pour le but du 5-2. Si Valentin Dumélié aura le mérite, comme à son habitude, de se battre jusqu'au bout en réduisant le score avec un troisième but jaune et noir, le rémois Florian Sabatier aura le dernier mot en clôturant le score à 6-3. Retour sur terre pour les Dragons. Avec la victoire de Mont-Blanc à Grenoble (5-1), la donne ne changeait pas au classement pour les rouennais qui conservaient leur avance de neuf points sur les Isérois, néanmoins, la question se posait de l'impact psychologique de la première défaite de l'année à cinq matchs de la fermeture de la saison régulière. La réponse à l'interrogation sera donnée par les Rouennais en deux temps. Le « jour d'après », dans un premier temps, à domicile face aux Ducs d'Angers en contraignant les ligériens à prendre leur temps mort après seulement douze minutes de jeu après le passage d'une tornade jaune et noir ponctuée de cinq buts pour une victoire finale 6-0 (résumé) et surtout à l'occasion de la 18ème journée avec la réception des rémois sur les bords de Seine. Autant vexés qu'irrités par la défaite connue en Champagne, les Dragons mettront un point d'honneur à couper court à tout suspense dans la rencontre en se mettant rapidement devant au tableau d'affichage. 4-1 au début du troisième tiers, Rouen ne lâchera pas sa proie et s'imposera au final 5 buts à 2. Les pendules étaient remises à l'heure avec un joli coup double : remettre Reims à sa place et valider mathématiquement leur première place au classement de la saison régulière à trois journées de la fin. Le leadership jaune et noir validé, les Dragons ne finiront pas pour autant la saison régulière en roue libre. Certes, face aux Ducs d'Angers qui restaient sur un improbable succès 11-1 sur le Mont-Blanc, les rouennais connaîtront de la difficulté pour venir à bout des Ducs 2 buts à 1 grâce à un doublé de Clément Gaudeaux (résumé) mais clairement, c'est en patron que les Dragons s'afficheront lors de leurs dernières rencontres. En match en retard disputé à Reims, les Normands passeront le message que leur unique défaite de la saison régulière n'était qu'un sinistre accident avec un 4-2 toutefois serré, l'essentiel de la victoire rouennaise s'étant déroulé dans la troisième période et quatre buts. Enfin, avant d'aborder les demi-finales pour fêter la fin de saison régulière, les Dragons s'offriront un dernier succès de prestige face à leurs adversaires préférés, les Gothiques d'Amiens. 8 buteurs différents, des doublés pour Léo Guillemain, Romain Gutierrez, Peter Valier et Kévin Marias-Magill, les rouennais s'étaient fait plaisir avec un large succès sur Amiens 12-0. La cerise sur le gâteau pour le leader du classement qui bouclait son parcours avec une avance de douze points sur son dauphin Grenoblois et vingt-deux sur le pensionnaire de la troisième marche du podium Reims, Mont-Blanc avec moitié moins de points que les Dragons arrachant la dernière place qualificative pour les play-offs.

 

U22 Elite (Classement final de la saison régulière – Calendriers & Résultats - Compteurs)
1er : Dragons de Rouen (effectifs - statistiques) Meilleure attaque : Grenoble avec 125 buts
2ème : Brûleurs de Loups de Grenoble (effectifs - statistiques) Meilleure défense : Rouen avec 31 buts
3ème : Phénix de Reims (effectifs - statistiques)  
4ème : Avalanche du Mont-Blanc (effectifs - statistiques) Meilleur compteur : Rolans Vigners (Reims, 51 points)
5ème : Gothiques d'Amiens (effectifs - statistiques) Meilleur buteur : Rolans Vigners (Reims, 25 buts)
6ème : Rapaces de Gap (effectifs - statistiques) Meilleur passeur : Florian Sabatier (Reims, 27 passes)
7ème : Ducs d'Angers (effectifs - statistiques) Meilleur buteur AN : Raphaël Papa (Grenoble, 7 buts)
8ème : Ours de Villard de Lans (effectifs - statistiques) Meilleur buteur DN : Mathieu André (Gap, 5 buts)

 

 

Plus que quatre matchs théoriquement pour toucher du bout de la palette le Graal et la Coupe de Champion de France 2011. Quatre matchs et un premier obstacle montagneux en demi-finale avec la double confrontation face à l'Avalanche du Mont-Blanc sur les bords de Seine. Avec trois défaites de suite en saison régulière dont une inconcevable face à la lanterne rouge Villard-de-Lans, 6-1, les haut-savoyards, sur le papier, étaient loin d'être favoris face à des Dragons sur une dynamique quasi exponentielle depuis le début de la saison. Et pourtant, les montagnards donneront du fil à retordre aux rouennais lors des deux rencontres. Ouvrant le score par Arthur Coulon lors de la première rencontre, Mont-Blanc donnait le ton de la série même si avec un soupçon de réussite, Anthony Rech parvenait à égaliser dans la foulée en reprenant de volée un lancer contré d'Alexandre Mulle. Décisif sur deux échappées montagnarde annihilée, le portier rouennais, Sebastian Ylönen maintenait les siens à flot alors que vexé, Valentin Dumélié devait s'y reprendre à trois fois avant de tromper enfin le portier haut-savoyard, Luc Saccomano. Les astres pourtant alignés pour la prise de pouvoir des rouennais, peu après la mi-match, sur un lancer de pénalité, Arthur Coulon ramenait le score à parité. Et lorsque trois minutes plus tard, galvanisé par le retour de son équipe, Josselin Besson débordait tout en puissance la défense rouennaise pour servir le buteur Jérémy Ares, plus aucun sourire n'était affiché sur le banc rouennais. Secoués de partout aussi bien physiquement que dans le jeu, les Rouennais allaient vivre cinq dernières minutes dans la période très difficile. Pourtant, c'est au plus fort de la tempête que les Dragons parviendront à égaliser avec un petit coup de pouce du gardien du Mont-Blanc pour un retour contre le cours du jeu signé de Peter Valier. A moins d'un quart d'heure de la fin du match, après quelques frayeurs liées notamment aux velléités offensives de l'intenable Josselin Besson, Quentin Berthon faisait taire tout le monde avec un quatrième but jaune et noir précieux. 4-3 pour les Dragons (résumé) et une confirmation, le Mont-Blanc n'était pas venu faire du tourisme à Rouen.

 

De la tension dans l'air, des provocations, des mauvais gestes, de l'engagement physique, un climat électrique s'instaurait pour le deuxième match alors que le chambreur Romain Gutierrez était le premier à toucher cible après seulement six minutes de jeu. Les minutes de pénalités tombant tel une ondée normande, c'est en infériorité numérique que les rouennais parviendront à doubler la mise sur un break de Peter Valier mis sur orbite par Quentin Berthon. Terriblement dominateurs dans cette première période, les rouennais, euphoriques, oublieront néanmoins le réalisme et après plusieurs occasions franches, ils se feront punir sèchement par le retour au score du Mont-Blanc sur un but de Mathias Terrier à vingt-trois secondes de la sirène du premier tiers. Manquant clairement le coche sur un tir de pénalité de Jérémy Ares contrarié par un Sebastian Ylönen toujours aussi intraitable, Mont-Blanc venait de laisser filer sa chance puisqu'à dix minutes de la fin du match, le percutant Anthony Rech signera le but du 3-1, break au tableau d'affichage fait. Bien sur, Mont-Blanc se battra jusqu'au bout avec la réduction du score en avantage numérique de Mathias Terrier mais ce diablotin d'Anthony Rech en cage vide scellait la qualification en finale des Dragons avec un quatrième but à deux secondes de la fin du match (résumé)

 

 

Le visage fermé, le regard dur, une chose est sure que l'on soit joueur grenoblois ou rouennais avant de monter sur le glaçon de l'Ile Lacroix, chacun semblait avoir conscience de l'enjeu de la rencontre qui allait se dérouler sur les bords de Seine. Qualifiés aux dépens de Reims (6-3, 4-3), les Brûleurs de Loups de Grenoble vendront chèrement leur peau sur le glaçon de l'Ile Lacroix notamment lors de la première manche où les bandes de la patinoire normande résonnaient fort sous l'impulsions des épaules des uns et des autres. Physiquement engagée, le tableau d'affichage, frigide pendant trente minutes, évoluait enfin à la mi-match. En l'espace de sept minutes tout sera dit offensivement dans cette partie. Toujours à l'affut et décisif, il était naturel de voir Anthony Rech ouvrir le score pour les Dragons. Dans l'euphorie du but, les Rouennais en oubliaient les vertus défensives et se faisait piéger une minute plus tard par le retour au score d'Elie Raibon. Si le retour sur terre était difficile pour les locaux, cela ne les empêchera de doubler la mise deux minutes plus tard en avantage numérique par Peter Valier. Haletante, excitante, la rencontre prenait une tournure ébouriffée avec une nouvelle égalisation iséroise, Julien Baylacq se chargeant de convertir un lancer dévié, lançant au passage une tempête grenobloise au cours de laquelle les rouennais laisseront beaucoup de force pour ne pas plier à nouveau. La moindre erreur se payant cash, les deux équipes signeront un pacte de non-agression au troisième tiers, laissant l'issue de cette finale se décider au deuxième match avec ce score de 2-2 entériné (résumé)


En cinq minutes au début de la deuxième manche, les Dragons prendront une solide option. Prenant à la gorge littéralement leurs adversaires, les rouennais seront récompensés de leurs efforts par deux buts. Le premier pour Peter Valier d'un lancer du poignet scintillant, le deuxième pour Anthony Rech d'un violent coup de canon qui enflammait la patinoire de l'Ile Lacroix plutôt bien garnie pour l'occasion. Vingt minutes de plénitude totale avec ce premier tiers pour les Dragons qui pourtant n'en avaient pas encore fini avec les Brûleurs de Loups. En bourreau de rouennais, Maxime Suzzarini ramenait le score à 2-1. Dès lors pour les Dragons, plus rien ne semblait aller. Brinquebalés, vilipendés, tourmentés, les Rouennais faisaient face tant qu'ils pouvaient mais les occasions se multipliaient sur le cage d'un Sebastian Ylönen à nouveau décisif. Contraints par la pression grenobloise à commettre des fautes, les Dragons devaient s'employer pour ne pas concéder un deuxième but. Durant ces vingt longues minutes, le sens du mot sacrifice prenait toute son ampleur tant les rouennais souffraient sous les coups de boutoirs isérois. Une résistance au courage que les Dieux du hockey choisiront de récompenser d'un but. Doté d'une auréole au dessus de son casque depuis le début des play-offs, Peter Valier continuait de jouer sa jolie partition en distribuant parfaitement le jeu. Plutôt que de combiner avec Alexandre Mulle, le numéro 21 choisissait la solution Anthony Rech. Belle inspiration puisque ce dernier se jouait avec forte habilité d'un gardien grenoblois totalement médusé. Il n'aura fallu qu'une occasion aux Dragons pour planter un coup de poignard particulièrement saignant. De la troisième période, il ne sera guère question tant les deux équipes se craindront. De fait, Rouen tentait de gérer son avance en regardant le chrono avec sérieux tandis que Grenoble ne semblait plus en mesure d'accélérer. Au fil des minutes défilant au tableau d'affichage, les rouennais se rapprochaient de plus en plus du quatrième titre de leur histoire. De longues minutes, de très longues minutes, de très très longues minutes pour clôturer cette rencontre. Les « Rouen ! Rouen ! Rouen ! » de la patinoire de Rouen rythmeront les dernières secondes rendant hommage à ces fiers dragons espoirs qui mériteront les scènes de joie qui suivront. Un dernier but en cage vide de l'un des héros de la soirée, Anthony Rech et enfin la sirène finale retentissait. Embrassades, sourires, joies, larmes , un cocktail émouvant d'émotions qui viendra envahir un glaçon de l'Ile Lacroix radieux de bonheur. Pour la quatrième fois de son histoire, le club de Rouen remportait le titre de champion de France Espoir en disposant de Grenoble sur le score de 3 buts à 1 (résumé). Après le titre des seniors, des cadets, Rouen enregistre son troisième titre de la saison et devient le deuxième club de l'histoire à réaliser le triplé « Senior – Espoir - Cadet » après celui de Saint-Gervais en 1985. Plutôt plaisant.

 

 

U22 Elite (Classement final des play-offs – Calendriers & RésultatsCompteurs)

1er : Dragons de Rouen (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur compteur (PO) : Jérémy Ares (Mont-Blanc, 10 points)
2ème : Brûleurs de Loups de Grenoble (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur (PO) : Jérémy Ares (Mont-Blanc, 7 buts)
3ème : Avalanche du Mont-Blanc (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur passeur (PO) : Quentin Jacquier (Villard-de-Lans, 6 passes)
4ème : Phénix de Reims (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur AN (PO) : Matthieu Frecon (Angers, 2 buts)
5ème : Ours de Villard-de-Lans (Stats : Playoffs - Saison) Meilleur buteur DN (PO) : Valentin Claireaux (Amiens, 1 but)
6ème : Ducs d'Angers (Stats : Playoffs - Saison)
7ème : Rapaces de Gap (Stats : Playoffs - Saison)  
8ème : Gothiques d'Amiens (Stats : Playoffs - Saison)  
       

U22 Elite (Meilleurs Compteurs - Saison 2010-2011)

Meilleur compteur (Saison) : Rolans Vigners (Reims, 53 points)
Meilleur buteur (Saison) : Rolans Vigners (Reims, 26 buts)  
Meilleur passeur (Saison) : Raphaël Papa (Grenoble, 28 passes)
   
Meilleur compteur Rouen (Saison) : Antony Rech (36 points)  
Meilleur buteur Rouen (Saison) : Antony Rech (20 buts)  
Meilleur passeur Rouen (Saison) : Romain Gutierrez (25 passes)  

 


 



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :