"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U15A Bilan 2016-2017

 

Sevrés de titre depuis désormais trois saisons avec une quatrième place la saison dernière (bilan 2015-2016), c'est avec morosité que les Dragons U15 contemplent avec envie dans l'armoire au trophée jaune et noir, la dernière coupe de Champion de France, désormais un peu poussiéreuse, celle du titre de 2013. En pleine période creuse, placée sous la tutelle des clubs de la montagne, Rouen ne mettra pas à profit cette saison 2016-2017 pour redorer son blason bien au contraire avec à la clef la plus grosse désillusion de l'histoire du club jaune et noir.


Avant cela c'est au sein de la poule Nord – Normandie – Ile-de-France que les Dragons batailleront pour décrocher leur place en play-offs en deux temps. Une première phase à sept équipe avec douze matchs à effectuer suivie d'une phase dite de play-offs avec six nouveaux matchs entre les quatre premiers de la poule. Premier objectif pour les Rouennais se qualifier dans cette phase de play-offs, un but plutôt abordable pour les Dragons toujours à la lutte avec le club d'Amiens, en perte de superbe également auquel s'est joint un troisième larron, bien plus tranchant, les Coqs de Courbevoie. Débutant sur les chapeaux de roue avec un large succès acquis sur la glace de Courbevoie 9-2, c'est en confiance que les rouennais aborderont leur première rencontre sur l'Ile Lacroix face aux Gothiques d'Amiens. Des certitudes du premier match, il ne restait plus grand chose dans le camp rouennais tant les locaux auront galvaudé leur début de rencontre. Sanctionnés par deux fois par Amiens dans les trois premières minutes du match, il faudra une sacrée dose de pugnacité pour que les rouennais parviennent à revenir à 2-2. Relégués dans la foulée à nouveau à deux buts, 2-4, c'est dans la douleur que les Dragons iront chercher un succès compliqué. Certains y verront un premier signe alarmant, d'autres apprécieront la remontée jaune et noir, quoiqu'il en soit, emmenés par un Tomas Simonsen survolté auteur de quatre points, les rouennais trouveront les ressources pour s'octroyer les deux points de la victoire au bénéfice d'un succès 8-5 sur les picards (résumé) Comptablement avec deux victoires en deux matchs, qui plus est face à des adversaires directs, les rouennais n'avaient pas à faire la fine bouche d'autant plus que passés, les gros morceaux, le petit gibier se présentait dans la mire du fusil jaune et noir. Sérieux à la patinoire de Boulogne avec un succès 11-3 face aux tigres avec au passage une nouvelle performance intéressante de Tomas Simonsen, auteur cette fois du quadruplé, intraitables sur leur glace dans la foulée face à l'association Champigny / Neuilly (13-1) avec ni plus ni moins un septuplé pour l'atout-maître offensif des Dragons, Tomas Simonsen, Rouen vivait plutôt sereinement son début de saison avec un parcours sans faute de quatre matchs et autant de victoire.

 

Nécessairement, c'est avec le sourire que les Normands assisteront au match nul concédé par Amiens à Courbevoie (4-4) tandis que sur la même journée, ils accrochaient une nouvelle victime à leur tableau de chasse. En effet, au sortir d'une tournée dans les Alpes (trois matchs joués, deux face à Grenoble, un face à Hockey 74), les leaders de la poule s'illustreront à nouveau en plaçant la barre très haute face à Evry / Viry. 4 buts en moins de dix minutes faciliteront clairement la tâche des rouennais, alors qu'au prix d'une belle performance du duo Jordan Hervé (7 points) et Konstantin Kebets (5 points), les Dragons embrasseront à nouveau la victoire, sans souffrir de la moindre contestation possible (13-2, résumé) En démonstration sur les bords de Seine face aux Jokers de Cergy (17-1, résumé) avec six buts pour le franco-biélorusse Konstantin Kebets, Rouen bouclera la fin des matchs aller dans un fauteuil doré et un bilan très positif : 6 matchs, 6 victoires et une première place solidement accrochée avec trois points d'avance sur le duo Courbevoie – Amiens.

 

 

Début des matchs retours oblige, c'est un duo de matchs épineux à négocier qui se présentait aux Dragons : la réception de Courbevoie sur l'Ile Lacroix et la traditionnelle escapade en Picard au Coliséum. Sur les bords de Seine pour tuer tout suspense au classement, les Seino-Marins ne passeront pas loin de la correctionnelle. Totalement anesthésiés en début de rencontre, les rouennais laissaient la part belle aux attaquants de Courbevoie. Un premier but pour Eliott De Mali, un but pour chaque frère Gesquière, Thomas et Luc, au moment d'atteindre les sept minutes de jeu, les Dragons étaient menés 0-3 sur leur glaçon. Une outrecuidance parisienne qui ne plaira guère à l'attaquant rouennais Konstantin Kebets qui signera un quintuplé sur la rencontre. Avec 5 buts pour le seul Kebets, Rouen pouvait espérer se sortir du piège courbevoisien d'autant plus que Jordan Hervé par deux fois, Tomas Simonsen et Lucas Aliome s'ajouteront à liste des buteurs rouennais. Si aux trois premiers buts franciliens, Antoine Marguiles avec son doublé faisait passer le total des buts à Courbevoie à cinq, cela restait insuffisant pour prendre en traitre les Dragons victorieux 9-5 (résumé) Dans la foulée en Picardie, l'enjeu était clair pour le rouennais. Vainqueurs sur l'Ile Lacroix 8-5 au tout début du mois d'octobre, à couteaux tirés au classement avec Amiens, les rouennais pouvaient en cas de défaite perdre tout le bénéfice de leur premier succès et à contrario clore définitivement tout suspense pour le classement de cette première phase.

 

Echaudés par leur match compliqué face à Courbevoie, les normands entendaient bien assoir leur domination sur la rencontre en ouvrant le score dans la première minute de jeu par Konstantin Kebets. En doublant la mise au début du deuxième tiers par Jordan Hervé, une tempête de ciel bleu s’amoncelait au dessus des casques de rouennais. Toutefois, en Normandie, les nuages ne sont jamais loin et les rouennais traverseront le désert le temps qu'Amiens ne revienne à parité à 2-2. Se relançant notamment avec un triplé de l'inévitable Tomas Simonsen, Rouen infligeait un violent retour de flammes à des gothiques trop tendres pour empêcher les Dragons de s'imposer en Picardie sur le score de 6-3 (résumé) A quatre matchs de la fin de la douzaine de match de la première phase, plus rien ne semblait pouvoir empêcher les rouennais de boucler leur première étape à la première place. Désormais titulaires d'une avance de cinq points sur leurs deux poursuivants, les Dragons se montreront particulièrement intraitables et désagréables avec leurs adversaires. Avec 7 buts pour Tomas Simonsen et 5 pour Konstantin Kebets, l'association Champigny / Neuilly en faisait les frais avec un violente fessée 18-3 (résumé) alors que sur sa glace, Evry / Viry faisait à peine mieux se faisant congeler 4-13 (résumé) Sans surprise, les Dragons poursuivront leur démonstration offensive jusqu'au terme de la première phase. Si les Jokers de Cergy-Pontoise, comparativement au match aller concédé 17-1 faisait mieux que résister en ne s'inclinant que 6-2 (résumé), les Tigres de Boulogne de leur côté pour le dernier match de la poule, ne parviendront pas non plus à faire dérailler le TGV jaune et noir avec un nouveau large succès 13-0 (résumé) Avec 12 victoires en 12 matchs, avant d'aborder la phase play-offs, le parcours rouennais était parfait avec en guise de cerise sur le gâteau un duo d'attaquants intenable avec 46 points en 10 matchs pour Tomas Simonsen et 40 points en 9 matchs pour Konstantin Kebets. Solides.

 

U15A « Zone Nord-Est » U15A « Zone Ouest » U15A « Zone Sud-Est »
« Poule Nord - Normandie » (compteurs)
« Poule Ouest »

 « Poule A »

1er : Dragon de Rouen (statistiques)

1er : Ducs d'Angers

1er : Brûleurs de Loups de Grenoble

2ème : Gothiques d'Amiens (statistiques)

2ème : Dogs de Cholet

2ème : Hockey 74

3ème : Coqs de Courbevoie (statistiques)

3ème : Albatros de Brest

3ème : Ours de Villard-de-Lans

4ème : Tigres de Boulogne (statistiques)

4ème : Corsaires de Nantes

4ème : Rapaces de Gap

5ème : Champigny / Neuilly (statistiques)

5ème : Remparts de Tours

5ème : Diables Rouges de Briançon

6ème : Evry / Viry (statistiques)

6ème : Ducs d'Angers (2)

6ème : Lyon / Roanne

7ème : Jokers de Cergy (statistiques) 7ème : Aigles de la Roche sur Yon 7ème : Albertville / Annecy
     
« Poule Est » « Poule Sud-Ouest »  
1er : Etoile Noire de Strasbourg

1er : Hormadi d'Anglet

 
2ème : Ducs de Dijon

2ème : Boxers de Bordeaux

 
3ème : Scorpions de Mulhouse

3ème : Bélougas de Toulouse

 
4ème : Gamyo d'Epinal

4ème : Taureaux de Feu de Limoges

 
5ème : Châlons  / Reims

5ème : Niort / Poitiers

 


 

Pas nécessairement pertinente, la formule des play-offs offrait six matchs supplémentaires à chacune des quatre équipes qualifiées. Si sur le principe l'intention était louable, en conservant l'ensemble des points acquis en première phase, les écarts creusés précédemment étaient trop profonds pour générer un suspense digne de ce nom. Ainsi, au moment d'aborder les play-offs, les Dragons, leaders, bénéficiaient d'une marge de cinq points d'avance sur Amiens, sept sur Courbevoie et quatorze sur Boulogne, dernier qualifié. Avec trois équipes qualifiées pour les play-offs nationaux difficile de s'attacher à cette deuxième phase dont l'unique intérêt sera désigner quelle équipe sera qualifiée directement pour les ½ finales nationales. Et encore, avec cinq points d'avance, les Dragons avaient de la marge même s'ils connaîtront moult remous dans leur parcours avec de vraies failles entrevues à un moment de la saison pour le moins inopportun. En effet, implacables depuis le début de la saison, Rouen connaissait un fort ralentissement dans sa marche en avant à commencer par sa première rencontre disputée à Courbevoie. Déjà à l'occasion du match retour sur l'Ile Lacroix, les rouennais avaient reçu un avertissement sans frais en étant menés à domicile 0-3 après dix minutes de jeu avant de retourner la situation pour s'imposer 9 buts à 5. Cette fois, point d'avertissement mais l'addition sèche pour ce premier match de poule play-offs pour une équipe rouennaise un poil arrogante et sure d'elle même. Si enchaîner les victoires reste une activité toujours plaisante, il n'en reste pas moins le désavantage d'offrir la possibilité de s'installer dans une nonchalante zone de confort. Sans cœur vaillant, le Dragon prendra le retour de bâton en plein sur le casque alors que sur la première période, Courbevoie se montrait plus précis au moment d'ouvrir le score. Même si dans le deuxième tiers, les rouennais reprenaient une once de couleurs en égalisant à 1-1, la troisième période ne permettra pas aux rouennais de prendre la main dans la partie bien au contraire. Face à une équipe parisienne qui méritait son succès, les rouennais, incapables d'accepter les duels et de sortir les dents, finiront par s'émousser sur la glace parisienne pour une défaite finale 2 buts à 3 (résumé).

 

Un premier joker grillé, les rouennais avec trois points d'avance au classement sur Amiens en disposaient d'encore d'un unique. Premier match d'un marathon de quatre matchs en deux semaines, c'est face aux Gothiques d'Amiens que les rouennais débuteront leur folle quinzaine. Alors qu'en quatre confrontations, les rouennais s'étaient imposés autant de fois face aux joueurs de la Somme, cette fois, la donne sera bien différente. En effet, au prix d'un départ en fanfare conjugué à une mise en route jaune et noir cataclysmique, la troupe rouge et noir profitera du premier vingt minutes pour embrocher le Dragon 3-0. Trois buts en vingt minutes l'addition était lourde pour les rouennais mais pas nécessairement imméritée tant les « jaune et noir » auront semblé bégayer leur hockey notamment sur la relance. Construire pas à pas le retour au score tel sera la thématique du reste de la rencontre pour les rouennais. Retrouvant peu à peu le bon temps, le trou d'air n'aura duré que le temps d'une période. Après avoir réduit la note en deuxième tiers avec un but lançant enfin la machine, la dernière période avec deux buts à la clef permettra aux Dragons d'aller arracher l'égalisation. Un score de parité logique 3-3 (résumé) entre deux équipes inséparables au classement, Rouen conversant la première place avec trois points d'avance sur son rival amiénois. Dès le lendemain, en déplacement sur l'Ile Lacroix, les Tigres feront néanmoins en sorte d'essayer de tenir en respect une équipe de Dragons avide de retrouver le parfum de la victoire après deux matchs de suite sans succès. Chose fait à l'issue de la rencontre. Après une première période ponctuée de deux buts sans en rendre le moindre, les Rouennais continueront tant bien que mal de donner quelques coups de griffes bien acérées. Certes, sur les quarante minutes restantes, la carapace défensive jaune et noir sera transpercée par deux fois, une fois à chaque période, mais entre temps les rouennais auront fait en sorte de se mettre à l'abri en franchissant la ligne d'arrivée à la sirène avec neuf buts marqués pour un score final de 9 buts à 2 (résumé)

 

Dans la continuité à domicile face à Courbevoie, on pourrait finir par croire que le coq être en train de devenir la bête noire des Dragons. Déjà lors de la première phase, les rouennais avaient connu quelques difficultés pour venir à bout des joueurs de Courbevoie mais cette fois, le blocage face aux parisiens semble bien réel. Après une première sortie de route à Courbevoie où les Dragons connaissaient leur première défaite de la saison, cette fois dans leur tanière, les joueurs de Nordine Mahdidi espéraient bien remettre les pendules à l'heure. Et en décalage, les rouennais le seront, tout au moins une bonne partie de la rencontre. Pourtant bien lancés avec une ouverture du score efficace peu après les dix premières minutes de jeu, les Normands finiront la première période dans la difficulté en subissant par deux fois le courroux parisien ramenant le score ainsi à 2-1 à la faveur des Coqs. Si une réaction jaune et noir était attendue avec impatience pour les deux périodes suivantes, il n'en sera finalement rien. Bien qu'essayant de revenir au score, c'est en toute fin de deuxième période que les rouennais se feront corriger à 28 secondes de la sirène. Menés 3-1, les Dragons, face à une équipe de Courbevoie particulièrement efficace, ne parviendront pas à combler l'écart. Pire à huit minutes de la fin de la rencontre, un quatrième but encaissé laissera les rouennais amers avec cette défaite 1-4 (résumé). Avec déjà deux défaites et un match nul en quatre rencontres jouées en poule play-offs, les rouennais bénéficiaient des acquis de leur excellente première phase pour se maintenir en tête du classement. Néanmoins, c'est sous pression que les Dragons aborderont leur rencontre à Amiens, avec un seul point d'avance désormais, plus de joker à disposition pour les rouennais avec un possible twist in extremis au classement. De renversement de classement, il n'y aura finalement pas. Fort heureusement pour les Normands, c'est à Amiens à l'occasion du match retour qu'ils reprendront leurs esprits. Au moment opportun puisqu'avec un succès acquis 5-3 à Amiens, à nouveau la distance entre le leader rouennais et son dauphin amiénois était suffisante pour clore cette deuxième phase en tête. D'autant plus que pour boucler les matchs de poule, les Dragons expédiaient la rencontre en s'imposant 7-5 (résumé) Tout de même très loin de la superbe de la première phase. Sans le soutien des points de la première phase, c'est à la troisième place de la poule que les rouennais auraient terminé à deux points d'Amiens et un de Courbevoie. Au regard de la fin de saison chaotique que vivront les rouennais peut-être aurait-il été bon qu'ils reprennent leurs esprits en quart de finale plutôt que d'être confronté à la pression d'une demi-finale couperet. La dynamique jaune et noir belle et bien enrouée, la zone de turbulences traversée par les rouennais n'incitait guère à la confiance.

 

« Poule Nord - Normandie - IDF (play-offs) » « Poule Nord-Normandie-IDF (play-down) »  
1er : Dragons de Rouen

1er : Evry / Viry

 
2ème : Gothiques d'Amiens

2ème : Champigny / Neuilly

 
3ème : Coqs de Courbevoie

3ème : Jokers de Cergy

 
4ème : Tigres de Boulogne


 

 

En attendant, c'est avec l'oeil aiguisé et intéressé que les Dragons assisteront en spectateurs aux quarts de finale. Vainqueurs en barrages respectivement de Bordeaux et Cholet, les Ducs d'Angers et l'Hormadi d'Anglet venaient se joindre à Amiens et Courbevoie pour disputer le quart de final nord-ouest. Remisant la suprématie amiénoise des dernières années au rayon de vestige ancien poussiéreux, forte de sa médaille de bronze acquise la saison dernière, c'est en patron que l'équipe d'Anglet s'affichait pour ce quart de finale. Bien partis avec un succès 7-4 sur Courbevoie, les Gothiques d'Amiens prenaient dès la première journée, une option sérieuse pour la qualification. Il faut dire qu'avec trois places qualification sur quatre, le suspense n'était guère étendu même si à la fin du week-end, il fallait bien désigner le dindon de la force et en se faisant cuisiner par Anglet 6-1 avec au passage un triplé pour Enzo Carry, les Ducs d'Angers semblaient être les victimes toutes désignées pour rester à quai au soir de la troisième journée. Et de fait même si la bataille fera rage face à Amiens, les ligériens finiront par céder face à des gothiques peu rassurants pour la deuxième journée. Battus 5-6 par Amiens, pour les Ducs le dernier espoir résidait dans l'ultime confrontation face aux Coqs de Courbevoie placés dans la même situation que le club angevin. En effet, balayés par Amiens pour la primo journée, les franciliens de Courbevoie n'auront guère pesé lourd au moment d'aborder la confrontation face à Anglet. Un cinglant 5-1 qui ne faisait qu'accroitre la domination basque sur ce quart de finale, scindant en deux la poule, à deux victoires, Amiens et Anglet, à deux défaites Courbevoie et Angers. Pour la suprématie de la poule, Anglet ira chercher la victoire honorifique face aux Gothiques. A parité 2-2 à la fin du deuxième tiers, un troisième tiers tonitruant des basques leur offrira un probant succès 5-3 et surtout la première place de ce quart de finale devant Amiens. Pour accompagner le couple picardo-basque, Courbevoie mettra trente minutes pour se mettre à l'abri en portant le score face à Angers à 4-0. Si la deuxième partie du match sera plus chaotique pour les Coqs, les Ducs trouvant le chemin à quatre reprises, deux nouveaux buts parisiens leur permettra de rester à flot 6-4, qualification en poche.


A l'Est, l'unique suspense tiendra dans le nom des deux équipes qualifiées en demi-finale derrière l'intouchable Hockey 74 sans partage tout au long du week-end. Vainqueurs de Villard (5-1), Strasbourg (10-1) et Dijon (8-0), les Haut-Savoyards règneront sans partage sur un quart de finale qui verra l'Etoile Noire de Strasbourg faire les frais du carré de l'Est. En difficulté face à Dijon et une défaite 4-1, pour le match de la dernière chance face à Villard de Lans, l'Etoile Noire ne fera guère illusion avec un lourd revers 8-2. Quatrième et évincé de la qualification en demi-finale, Strasbourg regarder Hockey 74, Dijon et Villard-Lans filer en demi-finale, les Ducs s'offrant la deuxième place grâce à son succès 6-4 sur les Ours.


¼ de Finale Ouest (07-08-09 avril 2017)

¼ de Finale Est (07-08-09 avril 2017)

(Résultats & Classement - Compteurs

(Résultats & ClassementCompteurs)
1er : Hormadi d'Anglet (statistiques)

1er : Hockey 74

(statistiques)
2ème : Gothiques d'Amiens (statistiques) 2ème : Ducs de Dijon
(statistiques)
3ème : Coqs de Courbevoie (statistiques)

3ème : Ours de Villard de Lans

(statistiques)
4ème : Ducs d'Angers
(statistiques) 4ème : Etoile Noire de Strasbourg (statistiques)


 

« Nous sommes plutôt sereins. Les derniers entraînements se sont bien passés, on a connu un trou lors de nos derniers résultats qui nous a permis de prendre conscience qu'il fallait se remettre au travail pour atteindre nos objectifs, ça peut marcher ! On jouera notre chance à fond »  annonçait le portier rouennais Kilian Siourt avant le début de la demi-finale jouée sur l'Ile Lacroix (présentation) A l'heure d'essayer d'accrocher l'une des deux places qualificatives pour la finale, les Dragons, sereins mais très prudents se préparaient à une première journée test avec la traditionnelle confrontation face à Amiens (présentation) Alors que dans l'autre match, Anglet assurera l'essentiel en s'imposant 5-2 sur Courbevoie (résumé), les Dragons, de leur côté, réussiront leur entrée en scène face aux Gothiques. Même si le succès rouennais mettra de longues minutes à se dessiner, pas à pas, les Dragons construiront leur victoire. Après un premier vingt minutes où les deux équipes se neutraliseront à 0-0, la deuxième période sera bien plus pour souriante pour les rouennais. Au four et au moulin sur sa ligne, à la fois travailleur défensif et offensif, c'était une juste récompense que l'ouverture du score revienne à l'attaquant Kaylian Leborgne. Quelques minutes plus tard, dix secondes avant la mi-temps du match, c'est en double avantage numérique que les Dragons doubleront la mise sur un lancer peu après la bleue de Tomas Simonsen parfait pour secouer tendrement la gourde du portier amiénois qui ne pouvait pas grand chose dans l'affaire. Récidivant, à cinq minutes de la fin du match, en profitant d'une passe de Kaylian Leborgne, Tomas Simonsen montrait la voie aux Dragons en portant le score à 3-0. Plutôt bien embarqués dans cette rencontre, les rouennais ne céderont pas sous la pression bien au contraire. Gérant leur avance sereinement, les minutes du tableau d'affichage de la patinoire de l'Ile Lacroix défileront à l'avantage de la troupe jaune et noire jusqu'à cette embardée dans les trois dernières minutes de jeu de Jordan Hervé. Un slalom en « mode géant » au sein de la défense rouge et noir qui permettait au virevoltant attaquant de porter la marque à 4-0 (résumé) Une bonne entrée en matière pour les rouennais avec trois points engrangés. A l'issue de la rencontre, sans euphorie, les rouennais savouraient leur victoire bien que déjà focalisés sur leur match du lendemain face à Anglet,  « J'ai vraiment hâte de jouer contre cette équipe, c'est la seule équipe que nous connaissons pas. Nous avons joué contre Amiens et Courbevoie toute la saison et là cette équipe c'est un peu l'inconnu » confiait l'attaquant Jonah Marette alors que l'un des forts atouts offensifs des Dragons, Tomas Simonsen prévenait «  C'est un autre match, il faut que nous restions concentrés comme contre Amiens, bien appliqué les consignes de jeu et il n'y pas de raisons pour que cela n'aille pas. On ne sait pas trop à quoi s'attendre avec Anglet, on verra bien. »


Pour parodier la citation du réalisateur David Lynch si « l'inconnu c'est toujours excitant », face à Anglet, l'excitation sera de très courte durée pour les rouennais. 41 secondes très exactement le temps pour qu'Anglet ouvre le score par l'intermédiaire de Jules Boscq. L'escouade rouennaise ne s'attendait sans doute pas à pareil début. Redoutant cette confrontation face à une belle équipe d'Anglet, les Dragons auront du mal à se sortir du traquenard au cours d'une première période qui ne leur sourira guère. Alors que peu après la mi-tiers, Lilian Navaro doublait la mise, les rouennais se compliquaient un peu plus la tâche en concédant un cinq contre trois puis un cinq contre quatre dans les six dernières minutes. Si la première sentence n'était pas suivie d'exécution, la deuxième tentative basque ne restera pas sans effet. Toujours présent dans les bons coups, il n'était pas surprenant de voir Jules Boscq s'affranchir d'un troisième but diablement crucial pour l'issue de cette partie. C'est finalement en désavantage numérique que les Dragons, paradoxalement, parviendront à rentrer au score par l'intermédiaire de Tomas Simonsen. Certes insuffisant pour renverser la tendance dans le deuxième tiers mais largement précieux pour laisser espérer un troisième tiers où les Dragons tenteront de rester maîtres de leur glaçon. Malheureusement pour les rouennais, le scénario du retournement de situation ne sera pas nécessairement celui qui s'écrira en lettres rouge et verte sur la glace de l'Ile Lacroix. En effet, après être parvenu à trucider une séquence en désavantage numérique, les Basques profiteront d'un aléa défensif rouennais pour ajouter un quatrième but décisif pour la fin de la partie, Jon Vitelli se chargeant de mettre fin aux espoirs jaune et noir (1-4, résumé) De quoi cisailler les pattes d'un Dragon qui ne parviendra pas à se relancer, laissant le score en l'état. Quoiqu'il en soit, bien que vaincus, les Dragons n'en abandonnent pas pour autant tout espoir de qualification en finale, une seule équation simple pour les rouennais : s'imposer face aux Coqs de Courbevoie, reste désormais à trouver la solution de cette équation pour décrocher son billet en finale.


Alors qu'avant la demi-finale, on pouvait envisager un trio Amiens – Anglet – Rouen s'écharpant pour décrocher leur place en finale avec une équipe de Courbevoie plus en retrait. Il n'en était finalement rien, au détour de la deuxième journée en battant 5-3 Amiens (résumé), Courbevoie écartait de la route de la finale Amiens et collait une pression incommensurable sur les Dragons à portée de tir après son revers concédé face à une équipe d'Anglet seule à tenir son rang. Anglet qualifié, Rouen ballotté, la dernière journée de cette demi-finale sera celle du naufrage des ex-places fortes du hockey U15. En s'inclinant une troisième fois en trois rencontres (1-4 face à Anglet, résumé), les Gothiques rendaient copie blanche, écartés du chemin de la finale pour la deuxième année consécutive alors que du coté des Dragons la désillusion sera immense à l'issue de la rencontre face à Courbevoie.

 

Fort habitué à toutes ses joutes en demi-finale, nul doute que ce Dragon jaune et noir après 19 années de présence en finale U15 n'imaginait pas tomber de son piédestal ainsi, qui plus est dans sa tanière, poussé dans l'ombre par un coq loin d'être arrogant mais à l'ergot perçant. Après être parvenu à lancer son aventure chaloupée et joyeuse face aux Gothiques, escaladant avec véhémence la cathédrale gothique rouge et noir pour s'assoir sur son faîte au terme de trois tiers ponctués de quatre coup de griffes acérées de Dragon, ce Dragon là connaissait déjà moult difficultés dans la deuxième étape de son excursion sensée le mener en finale. Face à l'Hormadi Basque, c'est les patins dans le sable, que le Dragon s'enlisera, pris inexorablement dans un sable mouvant dont il ne s'échappera pas. Les hockeyeurs des sables se montrant particulièrement habiles à gravir les dunes les conduisant au succès, si le Dragon parvenait à cracher sa flamme poussive à la mi-temps de l'opposition face aux Basques, indéniablement la force n'était pas jaune et noir mais bien basque et le tour de force réalisé par les joueurs à l'accent chantant du sud-ouest ne faisait juste que renforcer l'idée que pour être prophète en son pays, c'est avec un peu plus de caractère et d'envie que ce Dragon là devrait se présenter pour faire plier un Coq parisien déjà auteur d'une belle performance en mettant bas l'un des monuments du hockey mineur français, amiénois celui là.


Si l'image du coq tentant de vaincre un Dragon prête à sourire, loin de nous l'idée de faire un adaptation animalière du duel entre David et Goliath. En effet, dans la légende biblique, David, fils de berger encore adolescent abattait d'un lancer de fronde le héros des philistins, le géant Goliath au terme d'une confrontation pour le moins déséquilibrée, rendant grâce aux petits pouvant battre les plus forts. Mais de géant, il n'y en avait pas sur l'Ile Lacroix, en tout cas aucun de peinturluré en jaune et noir. Certes, les tambours des partisans du Dragon auront beau martelé autant que possible tout au long de la partie, rythmant de façon désordonnée, la marche en avant discordante d'un Dragon déboussolé, indéniablement, ce coq à l'ergot acéré n'en finissait plus de griffer à sang la peau « carapacée » d'un reptile bien émoussé. Deux coups d'ergot sanglant lors du premier tiers de la confrontation n'empêchaient pas le Dragon de se rebeller à la mi-temps d'une opposition qui lui échappait. Hélas, las, les derniers souffles souffreteux du Dragon en fin de rencontre ne permettront pas à ce dernier d'arracher la victoire à un Coq qui méritait son succès (3-1, résumé). De la morale de cette histoire que faudra-t-il retenir ? Que pour être légendaire, la créature jaune et noir ne peut se contenter de simplement réciter sa leçon que c'est avec le cœur et la raison que nait la passion. Que dans l'adversité, le Dragon ne se laissera jamais écharpé, malmené, vilipendé et que c'est la tête haute et le regard fier qu'il reviendra pour cracher ses flammes jaune et noir. Que lorsque la défaite d'un coup de faucheuse dissémine aux quatre vents les espoirs d'une troupe jaune et noir, il faut également savoir rendre grâce à ceux qui seront venu à bout du Dragon. Félicitations aux Coqs de Courbevoie et à l'Hormadi d'Anglet pour leur qualification, en leur souhaitant bon vent pour la finale !

 

1/2 Finale (1) (15-16-17 avril 2017)

 1/2 Finale (2) (15-16-17 avril 2017)

(Résultats & Classement - Compteurs)

(Résultats & Classement - Compteurs)

1er : Hormadi d'Anglet (statistiques) 1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (statistiques)
2ème : Coqs de Courbevoie (statistiques)

2ème : Hockey 74

(statistiques)
3ème : Dragons de Rouen (statistiques) 3ème : Ours de Villard de Lans (statistiques)
4ème : Gothiques d'Amiens (statistiques)

 4ème : Ducs de Dijon

(statistiques)

 

 

Alors que les Dragons mettront de longues, très longues semaines à se remettre de cette élimination inconcevable au pays jaune et noir, c'est en autruche qu'ils suivront la finale. La tête dans la glace, loin des affaires disputées par les protagonistes en finale : Anglet, Courbevoie, Hockey 74 et Grenoble. Qualifiés aisément lors de la demi-finale Grenoble et Hockey 74 s'annonçaient comme les favoris de cette finale avec une option « surprise » pour ces diables de basques d'Anglet désormais installés dans le gotha du hockey mineur U15. Après avoir vécu la même mésaventure que les Dragons, l'année dernière en étant privés de finale, les joueurs de Hockey 74, dès la première journée, jouaient gros pour le titre avec la confrontation face aux Brûleurs de Loups de Grenoble. Etrillés en demi-finale 7-1, la Haute-Savoie n'en menait pas large au moment d'aborder la conquête du Dauphiné. Alors que dans le premier match, Anglet maitrisait son sujet en s'imposant 4-0, Jules Boscq en signant le doublé se signalant à nouveau après avoir fait le show sur l'Ile Lacroix le week-end dernier, dans le choc au sommet de la montagne, Hockey 74 pensait avoir fait le plus difficile en menant 2-0 après vingt-cinq minutes jouées. Hélas pour le HC 74, Grenoble en marquant trois buts renversera le match, et il faudra toute la pugnacité d'Andréas Fleutot pour égaliser à 3-3 à onze secondes de la fin du match. De belle histoire, il n'y aura pas pour Hockey 74, Grenoble par Flavian Dair crucifiant le cœur haut-savoyard du but vainqueur en prolongation (4-3 ap) Dans un fauteuil pour le titre champion de France la saison dernière en finale avec deux victoires avant de se faire éjecter à la troisième place par Grenoble à la dernière journée, Anglet savait déjà que leur destin sera lié à celui des isérois à la dernière journée. En attendant, face à Hockey 74, les Basques sortiront le grand jeu. Bien aidés par un double de Lilian Navaro relayé par Enzo Carry, Anglet, avec ses trois buts, fera front défensivement pour ne céder qu'une fois, sur une attaque couronnée de succès de Mathis Chatellard. Tout comme l'année dernière, Anglet avec deux victoires était en position de force pour le titre avec un point d'avance sur Grenoble terrifiant face aux Coqs de Courbevoie avec une avalanche de 11 buts pour aucun concédée.


A l'aube de la dernière journée de cette finale 2016-2017, le Champion de France en titre Grenoble pouvait encore espérer chaparder le titre à Anglet à l'instant de la saison précédente, Anglet sous pression pouvait encore espérer défendre son acquis alors que derrière on ne pouvait plus espérer grand chose hormis une médaille de bronze attribuée au vainqueur de la confrontation entre Hockey 74 et Courbevoie. Après avoir humilié Rouen sur sa glace la semaine précédente, Courbevoie écrivait l'une de ses plus pages de son histoire en U15 avec cette dernière rencontre face à Hockey 74 pour une éventuelle médaille de bronze. Malheureusement pour les franciliens, ils ne parviendront pas à vivre leur rêve jusqu'au bout, défaits en prolongation (1-2) sur un but d'Andréas Fleutot, c'est autour du cou des Haut-savoyarde que la médaille de bronze était passée. Une déception pour les franciliens à la hauteur des espoirs nés de leur formidable saison. En finale, de la finale, l'histoire finira par se répéter. Passés à travers du premier quart d'heure avec trois buts concédés à Grenoble, Anglet, mené 0-3 ne s'en remettra pas. Certes, comme une vieille habitude, Jules Boscq ira de son doublé, mais cette fois, cela suffira par pour empêcher les Brûleurs de Loups de s'imposer 4 buts à 2. Désormais double champion de France, c'est un neuvième titre que venait de conquérir les Brûleurs de Loups de Grenoble, neuf titres un record national pour les Isérois seuls en tête du classement des clubs les plus titrés devant Rouen et ses huit titres.

 

Finale (21-22-23 avril 2017)

 

(Résultats & Classement - Compteurs)

 

1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (statistiques)    

2ème : Hormadi d'Anglet

(statistiques)    
3ème : Hockey 74 (statistiques)    
4ème : Coqs de Courbevoie (statistiques)    

 

 

 



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :