"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

U15 Bilan 2015-2016


Privés de titre la saison précédente par la méritante équipe de hockey 74 (bilan 2014-2015), les vice-champions de France rouennais auront eu tout l'été pour digérer la déception née d'un nouveau revers face aux haut-savoyards pour la deuxième année consécutive. Les médailles distribuées depuis six années entre les quatre ténors, Amiens, Grenoble, Hockey 74 et Rouen, pour cette édition 2015-2016, les cartes seront largement rebattues avec un podium inédit en fin de saison et quelques coups de Trafalgar tonitruants.


En attendant, c'est au sein des traditionnelles poules géographiques que les débats se tiendront avec pour le cas des rouennais, un nouveau duel face aux Gothiques d'Amiens avec en arbitre distancé les Coqs de Courbevoie. Au sortir d'un tournoi « Shilton » amical disputé sur l'Ile Lacroix qui verra la surprenante équipe de Cholet s'imposer en finale face à Grenoble, Rouen devant se contenter de la troisième place aux prix d'un succès 2-0 face aux Gothiques d'Amiens (résumé), c'est à Courbevoie que les rouennais lanceront leur saison. Un doublé pour Joseph Broutin, un pour Konstantin Kebets avec quatre buts marqués, c'est toute en sérénité que les Dragons aborderont cette première sortie couronnée d'une victoire 4-0 face aux Coqs (résumé). Poursuivant leur dynamique initiée à la première journée, par un triptyque de victoires face aux équipes parisiennes, ici face à Neuilly-sur-Marne (8-1, résumé), là face à Evry / Viry (7-3, résumé) ou encore chez les Tigres de Boulogne (12-1, résumé), les Dragons commençaient à assoir leur emprise sur leur poule alors qu'Amiens, pourtant lancé sur un rythme à l'identique, craquait une première fois en cédant le point du match nul 4-4 à Courbevoie. De fait, au moment d'aborder la première rencontre face aux Gothiques d'Amiens sur l'Ile Lacroix, après quatre rencontres jouées pour le trio de tête, Rouen devançait Amiens d'un point, Courbevoie de son côté s'acquittant d'un retard de trois points.

 

 

Comme à chaque saison, c'est non sans un plaisir certain que les Dragons accueillaient sur les bords de Seine leurs voisins d'Amiens. Rivalité oblige, match particulier, bataille de coqs dans la plaine, l'issue de la rencontre va bien au delà des diverses accointances au classement. Et pour cette première opposition officielle, l'affaire tournera à l'avantage de la troupe rouge et noir. En ballottage favorable après le match amical remporté 2-0 lors du tournoi de pré-saison, c'est douchés que les minimes rouennais sortiront de cette rencontre. Si Konstantin Kebets avait le bon goût d'égaliser pour les Dragons après l'ouverture du score offerte à Amiens par Léo Manigault, tour à tour, Frédérik Tchoungy, Simon Tagliapietra et Robin Thomas se succèderont porter le score à 4 buts à 1 (résumé) Victoire amiénoise, bascule au classement avec un nouveau leader paré de rouge et noir et véritable démonstration des Gothiques sur l'Ile Lacroix. Sale temps pour le Dragon.


Sans faire injure aux adversaires des Dragons, trop étriquée semblait être cette poule pour permettre aux uns et aux autres de adonner à une lutte échevelée. Certes, dans la foulée, sur l'ile Lacroix, Courbevoie proposait bien un soupçon de résistance face aux Dragons mais in fine, c'est sur le score de 3 buts à 1 que les Dragons s'imposeront creusant cette fois un net écart sur la troisième place occupée par les courbevoisiens alors qu'Amiens tenait son rythme sans faux pas. En attendant le 13 décembre, date du match retour face à Amiens, c'est face aux franciliens que les Dragons feront tourner les compteurs offensifs. En déplacement à Evry / Viry, les jaune & noir traitaient les affaires courantes en s'imposant 9-0 (résumé) avant de récidiver leur larcin sur le même score, cette fois, sur les bords de Seine face à l'ACBB (résumé) C'est fort de leur succès face à Courbevoie 4-1 à la journée précédente que les Gothiques Amiénois toujours leader avec un point d'avance sur Rouen, se préparaient à accueillir des Dragons bien revanchards après la démonstration picarde du match aller. Cette fois, la donne sera bien différente avec une belle affaire au final au classement pour l'étendard de la Normandie. Echue une première période vierge de but, à l'approche de la mi-match en deux temps, les Rouennais frappaient en plein cœur la gargouille picarde. Joseph Broutin et Yannis Cherkaoui se relayaient pour inscrire les deux buts premiers rouennais, de quoi donner de l'élan à toute l'équipe rouennaise transfigurée au troisième tiers sous l'impulsion de Maxime Thomas, Jonas Lemetais et Théo Doléans pour un score symbolique : 5-0 (résumé) La réponse rouennaise venait d'être donnée avec effronterie : la patron de la poule était bel et bien habillé de jaune et de noir.

 

 

L'année civile terminée, pour fêter son début d'année 2016, Rouen, toujours à son aise, conservait son duel à distance. Alors qu'Amiens enchaînait un mois de janvier ponctué de trois succès face à Evry / Viry (4-0), Boulogne (10-0) et Courbevoie (2-1), les Dragons, systématiquement, rétorquaient de la même facile par la victoire. A Courbevoie pour son premier match de l'année avec un triplé de Maxime Thomas pour une victoire 6-4, dans la foulée face aux Bisons de Neuilly-sur-Marne avec cette fois un quadruplé de Konstantin Kebets (11-3), à Evry / Viry (1-9, résumé) et enfin sans appel face à Boulogne-Billancourt 10-0 et un triplé pour Tomas Simonsen. Au dessus des débats en janvier avec ces attaquants qui se taillaient la part du lion, l'avance jaune et noir sur le troisième Courbevoie était désormais conséquente avec neuf points de marge mais un seul petit point, toujours sur les Gothiques d'Amiens après treize journées jouées. Une victoire picarde sur les bords de Seine, un succès au pied de la cathédrale gothique, en deux confrontations, les deux rivaux s'étaient échangés des amabilités avec un bilan partagé d'une victoire de chaque coté. Le moment parfait pour lancer le troisième opus du duel fraternel pour la tête de la poule. Alors qu'il ne restera qu'une seule confrontation au mois de mars à Rouen, au Coliséum, la tête du classement allait basculer à nouveau. Il n'était pas bon d'être en tête de la poule au moment du derby. A la première confrontation, Rouen était laminé sur sa glace et perdait la tête du classement, à l'inverse au match retour, c'est Amiens qui se faisait rosser et abandonnait la cime du classement et là encore, pour la troisième manche, Amiens faisait tomber les Dragons et chapardait le leadership. Bien qu'ouvrant le score par Joseph Broutin, Rouen tombera sur un Hugo Allais transcendé par l'enjeu et qui offrira à sa formation picarde pas moins de quatre buts. Les Dragons ne pouvant que répondre par Konstantin Kebets alors que Robin Thomas ajoutait un cinquième but dans l'escarcelle samarienne, indéniablement les points de la victoire iront dans le camp picard avec un succès 5-2 et un nouveau leader.

 

 

Conscients qu'il restait encore une chance de prendre la première place de poule avec un dernier match à jouer sur l'Ile Lacroix face à Amiens et ainsi décrocher directement sa place en demi-finale, les rouennais ne s'attarderont guère sur ce revers à Amiens. Loin de là, rapidement, le sourire ils retrouveront et ce sont les Coqs de Courbevoie qui en payeront le prix. Larges vainqueurs des franciliens 7-0 (résumé), les Rouennais, relancés, n'avaient désormais plus qu'une date en tête : le 12 mars 2016 et un rendez-vous fixé avec Amiens. En attendant, perdre le moindre point était interdit pour les deux équipes. Impeccables à Neuilly (12-1), irréprochables face à Boulogne (7-2), les Dragons préparaient au mieux la dernière réception des Gothiques en saison régulière. Et la malédiction du leader frappera à nouveau, une dernière fois mais quelle fois ! Alors que tout à chacun prévoyait un match serré, c'est finalement une nette victoire rouennaise qui renversera à nouveau le classement. Un probant succès 5-0 (résumé), net et efficace. Deux journées à jouer avant la fin de la saison régulière et un objectif bien différent pour le duo de tête. Espérer, prier pour un faux pas normands chez les Gothiques d'Amiens, assurer en évitant de se mettre en danger pour les deux derniers matchs abordables. Et de surprise il n'y aura pas, souverains à domicile avec un succès tranquille face à Evry / Viry (8-1), c'est à Neuilly-sur-Marne que les Dragons valideront définitivement leur première place au classement avec un fier succès 11-3 (résumé) Un petit point d'avance au classement pour les Rouennais, un petit point que les amiénois avaient égaré en tout début de saison à Courbevoie avec le point du match nul... Chaque point à son importance.

 

U15A "Zone Nord-Est" U15A "Zone Ouest" U15A "Zone Sud-Est"
« Poule Nord - Normandie » « Poule Ouest »

« Poule A »

1er : Dragon de Rouen

1er : Dogs de Cholet

1er : Rapaces de Gap

2ème : Gothiques d'Amiens

2ème : Ducs d'Angers

2ème : Brûleurs de Loups de Grenoble

3ème : Coqs de Courbevoie

3ème : Aigles de la Roche sur Yon

3ème : Hockey 74

4ème : Evry / Viry

4ème : Remparts de Tours

4ème : Ours de Villard-de-Lans

5ème : Champigny / Neuilly

5ème : Corsaires de Nantes

5ème : Annecy / Chambéry

6ème : Tigres de Boulogne
 

6ème : Diables Rouges de Briançon

     
« Poule Est » « Poule Sud-Ouest »

« Poule B »

1er : Etoile Noire de Strasbourg

1er : Hormadi d'Anglet

1er : Castors d'Avignon

2ème : Colmar / Mulhouse

2ème : Boxers de Bordeaux

2ème : Brûleurs de Loups de Grenoble (2)

3ème : Ducs de Dijon

3ème : Bélougas de Toulouse

3ème : Lions de Lyon

4ème : Lions de Belfort

4ème : Taureaux de Feu de Limoges

4ème : Hockey 74 (2)

5ème : Gamyo d'Epinal  

5ème : Vipères de Montpellier

   

6ème : Lynx de Valence

   

7ème : Rapaces de Gap (2)

 

 

Terminées les différentes phases régulières à travers la France. Si dans la Poule Nord-Normandie, les Dragons étaient parvenus à décrocher leur place directe en demi-finale grâce à leur première place, Courbevoie et Amiens devant passer par la route des quarts de finale Ouest en compagnie des vainqueurs des barrages de la zone ouest. Alors qu'ils avaient fait forte impression au tournoi de Rouen notamment avec sa ligne Barbier – Proux – Pelletreau, Cholet aura confirmé ses belles perspectives d'avenir en s'imposant largement dans la poule ouest en match de barrage face à Bordeaux (13-4) tandis qu'Anglet validait sa qualification en sortant du jeu Angers (6-2) A l'Est, Strasbourg et l'association Colmar / Mulhouse qualifiés, c'est avec appréhension qu'ils accueilleront dans leur quart de finale, Hockey 74 et Gap battu en matchs de barrage par Grenoble (1-4 / 1-3) A Courbevoie, pour le quart de finale ouest, trois postes étaient à pourvoir pour rejoindre les Dragons en demi-finale. Alors qu'Anglet impressionnait lors des deux premières journées en s'imposant successivement face à Cholet (5-2) et Courbevoie (8-1), Amiens se retrouvait en difficulté dès la deuxième journée. Au sortir d'une partie maitrisée face à Courbevoie (0-3), les Dogs de Cholet joueront un tour pendable aux Gothiques. Un unique but de Hugo Proux qui donnait la victoire aux Dogs tout en jetant le trouble dans la hiérachie pré-supposée de ce quart de finale. Et de fait, la troisième et dernière journée battra à nouveau les cartes. Menés 3-0 à un quart d'heure de la fin du match, les Gothiques parviendront à réduire la marque à 3-2 mais ne pourront empêcher la défaite face à Anglet, vainqueur du quart de finale. Qualifiés par la petite porte, Amiens assistera au dernier match avec circonspection au contraire de Cholet, tout proche de passer à la trappe également. Alors que les Coqs de Courbevoie semblaient moribonds et sortis du jeu, ces derniers emmeneront les Choletais jusqu'à la prolongation pour tenter de se qualifier. Victorieux 8-7 dans le surtemps, les Dogs décrochaient leur qualification non sans avoir péché par excès de confiance.

 

Dans l'autre quart de finale, le suspense sera de courte durée. Avec également trois places qualificatives pour la demi-finale, l'adversité sera trop forte pour l'association Colmar / Mulhouse. Atomisés d'entrée de jeu par l'Etoile Noire de Strasbourg 16-0, les haut-rhinois n'auront guère l'occasion de s'illustrer dans ce tour de play-offs avec trois défaites en autant de match, Hockey 74 (9-1) et Gap (7-1) s'ajoutant à la liste des vainqueurs de l'association Mulhouse / Colmar. C'est une lutte pour l'honneur qui animera les diverses confrontations entre les trois autres équipes. Au dessus du lot, Hockey 74 s'adjugeait le leadership rapidement en disposant de Gap (7-2) et Strasbourg (5-2) alors que dans la confrontation pour la 2ème place, l'Etoile Noire vainqueur des Rapaces de Gap (9-4) s'octroyait le deuxième strapontin du podium.

 

¼ de Finale Ouest (08-09-10 avril 2016)

¼ de Finale Est (08-09-10 avril 2016)

(Résultats & Classement - Compteurs)

(Résultats & ClassementCompteurs)
1er : Hormadi d'Anglet (statistiques)

1er : Hockey 74

(statistiques)
2ème : Dogs de Cholet (statistiques) 2ème : Etoile Noire de Strasbourg (statistiques)
3ème : Gothiques d'Amiens (statistiques)

3ème : Rapaces de Gap

(statistiques)
4ème : Coqs de Courbevoie (statistiques) 4ème : Colmar / Mulhouse (statistiques)


 

Si bien entendu, les Dragons avaient suivi avec une précieuse attention le déroulement des quarts de finale, c'est non sans une certaine impatience que la troupe rouennaise voyait enfin surgir les demi-finales avec le risque non négligeable d'être à court de rythme face aux autres protagonistes déjà dans le rythme des play-offs. En déplacement sur la côte Basque à Anglet, face aux locaux mais également face à Amiens et Cholet, charge aux jaune et noir d'aller décrocher l'une des deux places qualificatives pour la finale (présentation). Règlement oblige, c'est face à Amiens que l'aventure en play-offs débutait (présentation) Depuis 1997 et la création du Club de Hockey Amateur de Rouen, les deux équipes se seront affrontés systématiquement en play-offs exception faite de la saison 2007-2008, année de titre pour les Dragons, où les deux équipes s'éviteront cordialement. En 19 ans d'histoire commune en U15, les uns et les autres auront échangé victoires et défaites en play-offs avec 14 victoires jaune et noir en 22 rencontres. Pour autant, si les deux formations, en demi-finale, ont souvent eu l'habitude de batailler pour décrocher la suprématie de la poule, le vaincu se contentant de la deuxième place qualificative sans gloriole, cette année, un plateau resserré pourrait donner lieu à des bouleversements de la hiérarchie traditionnellement installée. Alors que plus tôt dans la journée, privé sur blessure de l'un de ses atouts offensifs et futur rouennais, Pierre Pelletreau, les Dogs de Cholet avaient volé en éclat 8-1 sous l'impulsion des locaux d'Anglet, les rouennais se devaient de prendre les points face à des amiénois qui attendaient les Dragons de patins fermes. Dès le début de la rencontre, la glace ne semblait guère vouloir sourire aux rouennais bien au contraire. Travestie en rouge et noir, le glaçon basque laissait les rouennais subir copieusement le jeu. Des vingt premières minutes de cette rencontre, rares seront les opportunités de trouver le chemin du filet d'Antoine Gilbert le portier amiénois. Les rouennais, un brin tendus, décontenancés, stressés se faisaient croquer littéralement par une équipe amiénoise agressive à souhait dans le bon sens du terme. Au plus fort de la tempête picarde, seul le gardien jaune et noir Valentin Duquenne semblait être en mesure de se dresser tel un roc face à l'artillerie amiénoise. Il va sans dire que si le score restait à 0-0 à l'issue du premier vingt, les rouennais le devaient essentiellement à leur gardien écoeurant de justesse face aux fins limiers amiénois. Se défiant depuis vingt minutes à distance, chacun respectivement ancré dans leur cage, Antoine Gilbert pour Amiens et Valentin Duquenne connaîtront un sort bien différent lors du tiers médian Alors que le second restait sur sa dynamique du premier tiers en se montrant toujours aussi colossal, le premier finissait par craquer sur un lancer puissant de la bleue du défenseur Charles Carabasse. Dans la foulée, c'est un palet astucieusement grappillé qui permettait à Joseph Broutin de partir en break pour marquer le 2-0. De l'orage en rouge et noir, il ne restait plus qu'un lointain souvenir, c'est une équipe rouennaise qui affichait un tout autre visage qui allait essorer cette équipe amiénoise s'étiolant peu à peu. Alors que les premiers signes de frustration devenaient visibles, ici le portier amiénois fracassant de colère sa crosse sur le but, là l'attaquant Hugo Allais, écoeuré par le portier rouennais, rentrant la tête basse, le regard larmoyant sur son banc. Le momentum du match se situait là et les rouennais en profiteront alors que Maxime Thomas à la mi-match ajoutaient un troisième but en avantage numérique imité dans la foulée par Konstantin Kebets. 4-0 en 12 mn 49. Merci au revoir. Franchie la barrière des dix minutes dans le dernier tiers, Léo Manigault réduisait le score à 4-1 brisant ainsi un « tellement mérité » blanchissage pour Valentin Duquenne. Les rouennais n'en auront cure de ce but, résistant, gérant leur avance, les rouennais plieront sous les attaques de cette équipe amiénoise qui ne lâchaient jamais. Sans rompre, les Dragons rallieront la ligne d'arrivée sur ce score de 4 buts à 1 (résumé) Une première étape de franchie.


Au regard de la première journée et notamment la défaite d'Amiens face aux rouennais, pour les Gothiques l'heure était à l'alarme d'une sortie de piste prématurée en cas de défaite face aux Basques d'Anglet. Battus déjà en demi-finale par l'Hormadi, les picards n'avaient plus à se poser des questions avec une victoire devenue obligatoire. Et pour Amiens, l'histoire tournera court, en vingt minutes, l'addition était déjà lourde avec trois buts marqués par les basques contre aucun rendu. Dans ce contexte, au moment où la mi-match était franchie avec un quatrième but angloy, la tentative de révolte rouge et noir avec deux buts dans le tiers médian seront insuffisants pour renverser la situation, Anglet tenant son exploit et sa finale grâce à son succès 4-2 sur des amiénois dépités et désormais hors jeu pour la qualification en finale. Le plein de confiance fait au sortir de leur probant succès face aux Gothiques, c'est avec une légère arrogance que les rouennais aborderont leur deuxième rencontre face à l'adversaire prétendument le plus abordable de la poule. Et de fait, lorsque l'humilité est absente, le retour sur terre est difficile à l'image de cette première moitié de match totalement chaotique où les Dogs joueront crânement leur chance. Ouvrant le score par Axel Clee, Cholet prenait une cinglante réponse rouennaise avec les buts de Joseph Broutin et Konstantin Kebets. A que cela ne tienne, Hugo Proux en avantage numérique trouvait l'égalisation quelques minutes plus tard. 2-2 après une période, la surprise était réelle chez des Dragons qui seront accrochés jusqu'à la fin du deuxième tiers. A Yannis Cherkaoui, Mathis Soulard en infériorité numérique répondait et lorsque quelques secondes plus tard, Erwann Boulin et Charles Carabasse se démenaient pour porter le score à 5-3, ce diable d'Hugo Proux entretenait l'espoir en ramenant le score à 5-4. Un quatrième but « psychodrame » sur le banc rouennais avec la sortie du portier rouennais Valentin Duquenne, totalement déstabilisé et fragilisé mentalement, remplacé par son alter ego Kilian Siourt. Avant la fin du deuxième tiers, les Dragons compileront deux nouveaux buts pour le 7-4, cette fois l'écart était creusé et lorsqu'à l'entame du troisième tiers Konstantin Kebets s'illustrait avec un huitième but, la messe semblait être dite. Même si dans la tempête, Charles Pelletreau et Hugo Proux tenteront bien de relancer l'équipe choletais, en vain, cette fois la différence était faite et c'est vers un large succès 13-6 (résumé) que les Dragons se dirigeront, large mais plus difficile qu'il n'y paraissait de quoi remettre les idées en place aux Dragons avant l'ultime manche face à Anglet.


Tout suspense tué à l'issue de la deuxième journée avec les qualifications d'Anglet et de Rouen en finale, l'ascendant psychologique était le thématique de la journée des Dragons avec cette dernière confrontation face aux Basques. Tandis que dans l'autre match, notamment grâce à un nouveau doublé de Hugo Proux, Amiens buvait le calice jusqu'à la lie avec un revers 3-2 face à l'équipe de Cholet qui s'offrira une très méritante troisième place, en finale de la demi-finale, une nouvelle fois l'ouverture du score était pour l'adversaire des Dragons. Chassés, les basques ne tiendront que l'espace de quelques minutes, le temps nécessaire à Charles Carabasse et Joseph Broutin de faire basculer le match à la faveur de la Normandie. Si le basque Semion Danilenko parviendront à signer le doublé avant la sirène finale, le rouennais Tomas Simonsen avait la même idée et empêchait de fait un retour au score d'Anglet. Dans ce match « pour l'honneur », les Dragons sortaient grandis avec un probant succès 4-3 (résumé) sur Anglet, clairement prétendant à une médaille la semaine suivante en finale.


Avec déjà l'un des mastodontes du hockey mineur français à terre avec l'élimination des Gothiques d'Amiens, c'est une autre surprise qui attendait les protagonistes de l'autre demi-finale. Si les Brûleurs de Loups de Grenoble, pour la première journée, étaient en souffrance pour s'imposer face aux Rapaces de Gap, ils parvenaient, néanmoins, à s'en sortir grâce à un doublé de Quentin Tomasino pour une seule réponse de Luc Gerbet, du coté du deuxième match, Hockey 74, attendu pour le carré final, se prenait les pieds dans le tapis face à Hockey 74. Menant tour à tour au score, les deux équipes se retrouvaient à égalité 4-4 à la fin du deuxième tiers. Et lorsqu'à un quart d'heure de la fin du match, le Strasbourgeois Léopold Beckmann inscrivait le but vainqueur, la première surprise de cette demi-finale prenait place dans la patinoire de Pole Sud de Grenoble. L'état d'urgence décrété en Haute-Savoie, l'heure était grave au moment d'aborder la rencontre de la survie face aux rapaces de Gap. Devant à la mi-match sur un but en avantage numérique d'Anthony Dablainville, l'avance haut-savoyarde ne durera que le temps de dix minutes de jeu, au détour des premières présences du troisième tiers, Maxence Bortino égalisant à 1-1. Alors qu'il faudra une séance de pénaltys et un tir au but vainqueur d'Andréas Fleutot pour départager les deux équipes, Hockey 74 bien que vainqueur ne prenait que deux des points et même si Grenoble avait fait le travail en disposant de Strasbourg 5-1, la situation haut-savoyarde restait, on ne peut plus, précaire avant la dernière journée. En effet, l'équation était à plusieurs inconnues pour Hockey 74 : une victoire de Gap sur Strasbourg pour le premier match et un succès face à Grenoble invaincu jusqu'alors. Toute une affaire pour les joueurs de la montagne qui n'auront de cesse de soutenir Gap dans son parcours rocambolesque face à l'Etoile Noire. Ainsi, après 27 minutes de jeu, après un échange de buts au premier tiers, Strasbourg s'envolait au tableau d'affichage en menant 5 buts à 2. Tout proche de la qualification, l'Alsace, de façon inexplicable, s’effondrait en laissant revenir au score les Hautes-Alpes au début du troisième tiers. 6-6 ! Un score incongru qui n'en restera pas là. A l'égalisation gapençaise, il fallait ajouter trois buts pour les Rapaces avec à la clef un large succès 9 but à 6. Désormais deuxième avec quatre points, Strasbourg hors jeu, Gap se retrouvait en ballottage favorable. Qui l'eut cru après les deux premières journées jouées et un seul petit point glâné. Face à Grenoble, la douleur sera palpable pour Hockey 74 après cinq minutes de jouées. Plombant totalement son début de match, Hockey 74 avait laisser se faufiler à son but tour à tour Quentin Tomasino et Emmanuel Navarro. A 0-2, la réduction du score de Matéo Daita en avantage numérique entretenait l'espoir mais deux nouveaux buts grenoblois à la mi-match laisseront la Haute-Savoie mettre leur étendard en berne avec un revers 4-2. Grenoble, truculent vainqueur de la demi-finale à l'instar de Rouen, Gap, miraculé avec une qualification in extremis, les deux qualifiés pour la finale en compagnie de Rouen et Anglet étaient désormais connus.

 

1/2 Finale (1) (15-16-17 avril 2016)

1/2 Finale (2) (15-16-17 avril 2016)

(Résultats & Classement - Compteurs)

(Résultats & Classement - Compteurs)

1er : Dragons de Rouen
(statistiques) 1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (statistiques)
2ème : Hormadi d'Anglet (statistiques)

2ème : Rapaces de Gap

(statistiques)
3ème : Dogs de Cholet (statistiques) 3ème : Etoile Noire de Strasbourg (statistiques)
4ème : Gothiques d'Amiens (statistiques)

4ème : Hockey 74

(statistiques)

 

 

Pour la 18ème fois consécutive, une équipe minime rouennaise participera ce week-end au carré final du championnat de France de la catégorie. On se chicane sur la glace, on se toise du regard, on se défie pour la suprématie de la plaine, on aime à se détester mais finalement lorsque l'un des deux manque à l'appel, la saveur n'est pas la même. L'histoire ne dit pas si les rouennais se demanderont tout le week-end à Gap « mais t'es ou ? » en pensant à leurs voisins amiénois, une chose est sure c'est que la troupe picarde ne « sera pas là » pour croiser les crosses avec les Dragons. Malmenés en demi-finale à Anglet avec trois défaites en autant de rencontres, l'équipe rouge et noir sera le grand absent de ce dernier week-end minime de l'année. Une première malheureuse depuis 2008 pour les Gothiques puisque les joueurs à la tunique rouge et noir avaient participé aux sept dernières finales Minime. Pire, depuis quatre saisons, le trident Rouen – Amiens – Grenoble s'expliquait en finale Minime, cette fois pour cette édition 2015-2016, il faudra faire sans la coalition »RAG» Absent de marque également de cette édition 2016, l'association Hockey 74, double tenant du titre (2013-2014 & 2014-2015) qui n'aura pas réussir à franchir le cut en demi-finale à l'issue de la troisième journée. Tans pis pour les absents qui auront nécessairement torts, ce sont les Rapaces de Gap et l'Hormadi d'Anglet qui joueront les partenaires de table pour cette finale de retour à l'avant-poste en minime après une éclipse de six ans pour les Rapaces (dernière participation en 2008-2009) et de douze ans pour l'Hormadi (dernière participation en 2002-2003) (présentation)


Et c'est sur un énorme coup de tonnerre que débutait cette première journée à l'occasion de la rencontre entre Gap et Grenoble. Passés par la petite porte lors du tour précédent, sur leur glace, les gapençais s'illustraient avec une première victoire imprévue sur les Isérois. Un violent trou d'air une bonne partie du deuxième tiers sera fatale aux Brûleurs de Loups. Avec trois buts en sept minutes, Axel Tarabusi et un doublé d'Erwan Plantrou, la formation des hautes-alpes créera la sensation en s'imposant 3 buts à 1 après la réduction du score en toute fin de match par le grenoblois Matt Peyrot. Les rouennais avertis, ils ne pouvaient guère que compter sur le succès en demi-finale 4-3 sur les basques, pour capitaliser un minimum de confiance. Le hockey sur glace a cette particularité de ne pas toujours donné prime à l'équipe dominatrice tout en célébrant l'équipe la plus opportuniste. Les rouennais en feront l'amère expérience sur la première période d'une rencontre face aux Basques où ils n'auront finalement pas grand chose à se reprocher. Loin d'être favoris de cette finale, les rouennais auront fait avec leurs armes, avec leur envie mais jamais n'auront plus concrétisé leurs opportunités de marquer mais concédaient un unique but au premier tiers à Anglet et à son buteur Hugo Baron. Un but, un unique but crève cœur que jamais les Dragons ne parviendront à combler. Et les rouennais y mettront du cœur à l'ouvrage pour revenir dans la rencontre. Pendant les soixante minutes que dureront la partie, la troupe du duo David Dostal – Brieuc Houeix tenteront, tenteront, encore et encore. Rien n'y fera tantôt le gardien basque Tonin Caubet se montrait véloce, tantôt les rouennais se montraient particulièrement naïf offensivement. Rien n'y fera. Sans dominer outrageusement la rencontre, loin de là, les rouennais auraient sans doute mérité une meilleure destinée à la sirène finale. Hélas pour les Normands, en face, l'organisation défensive basque était parfaite, le cœur vaillant également et les joueurs de Nicolas Carry et Olivier Dimet ne laisseront que peu de miettes de glace offensives aux rouennais. Courbant l'échine sans jamais rompre, se montrant prompt à exploiter les contre-attaques, il faudra même un solide Valentin Duquenne notamment sur le troisième tiers pour empêcher les basques de plier définitivement la rencontre. Dans cette partie d'échec pour les amateurs de hockey sur glace placé, on ne retiendra qu'un vainqueur, l'escouade rouge et vert plus habile dans ces mouvements qui finira pas mettre en échec et mat des Dragons valeureux, courageux mais en manque d'inspiration offensive. Vaincus sur le plus petit des scores, un très footballistique 0-1 (résumé), les rouennais n'en perdent pas pour autant toute chance d'arracher LA médaille à l'issue de ce carré final. Il faudra, néanmoins, désormais compter sur un concours de circonstance favorable, deux victoires rouennaises face à Gap et Grenoble pour les deux dernières rencontres de la saison minime ne suffisant pas nécessairement aux rouennais pour se parer d'or.


Dans le duel des invités à la table des rois, Anglet prendra une sérieuse option pour le titre à l'issue de la deuxième journée. Face aux Rapaces, les Basques feront la différence dans les quatre premières minutes du match. Un premier but de Hugo Baron, un deuxième pour Semion Danilenko, en moins de quatre minutes, Anglet menait déjà 2-0 et jamais les gapençais ne seront en mesure de rattraper leur retard. Au troisième but de Semion Danilenko, Gap répondait avec un unique but, celui de Charles Schmitt. Diablement insuffisant pour renverser la tendance et empêcher un succès d'Anglet 3 buts à 1. Seuls en tête, les angloys seront rapidement rejoint par leur futur adversaire du dernier jour, les Brûleurs de Loups de Grenoble. Face aux rouennais, les isérois se tailleront la part du lion. Bien lancés par un but de Quentin Tomasino dans les trois premières minutes du match, les grenoblois feront en sorte de maîtriser des rouennais à nouveau fâchés avec la réussite. Symbole du manque d'opportunisme à l'avant, c'est de l'arrière que le danger surviendra alors que Charles Carabasse en avantage numérique trouvait l'égalisation à 1-1. Tandis que sur le banc des Dragons, on s'attendait à ce que ce but libère les esprits rouennais, il n'en sera finalement rien. Bien au contraire. Sitôt l'égalisation trouvée, le navire jaune et noir prenait l'eau et comme il faut. Pierre Messin dans la foulée redonnait l'avantage aux Brûleurs de Loups avant de doubler sa mise personnelle quelques minutes plus tard. Entre temps, Oscar Sciarini était également passé par là pour tromper la vigilance du portier rouennais. En moins de trois minutes, Rouen subissait le courroux par trois fois de Grenoble et se retrouvait hors jeu. Le cœur perforé, les rouennais ne se remettront jamais de ces sinistres trois minutes diaboliques. Alors qu'avant la fin du deuxième tiers, Méric Oddolaye se servait d'un power-play pour ajouter un cinquième but, les Dragons finiront cette rencontre avec fierté mais sans parvenir à toucher cible à nouveau, Sasha Djigaouri pour Grenoble s'offrant même le petit plaisir simple d'ajouter un sixième but à cinq minutes de la sirène finale. Tout comme face à Anglet, sans jamais démériter les Dragons s'inclineront sur le score de 1-6 (résumé). Logique au regard de la rencontre, difficile à accepter pour ce groupe jaune et noir enthousiaste et valeureux qui aura une ultime opportunité ce dimanche de tenter de chaparder une médaille de bronze dans ce tournoi. A deux conditions : que Grenoble prenne au moins un point à Anglet pour le match du titre et que Rouen parvienne à s'imposer face aux Rapaces de Gap. Tout un challenge à relever, tout un dernier défi à surmonter pour des rouennais qui méritent cette médaille au regard du chemin accompli.


Malheureusement de « happy end » il n'y aura pas pour les Dragons en dépit d'un ultime twist de fin. Dans un fauteuil avec six points contre trois pour Grenoble, Anglet ne pouvait pas permettre, toutefois, de se relâcher et devait au moins s'acquitter d'une prolongation face aux Isérois pour être sacré champion de France pour la première fois de son histoire. Hélas pour les basques, c'est sous tension qu'ils termineront le week-end à commencer par la rencontre face à Grenoble qui leur échappera dès le début avec un doublé à cinq minutes de Matt Peyrot. Complétant leur aventure victorieuse avec un troisième but de Pierre Messin, Grenoble faisait le travail en s'imposant 3 buts à 0 faisant oublier son revers lors de la première journée face à Gap. En effet, avec ce succès, Grenoble venait tout bonnement de remporter le 8ème titre de son histoire aux dépens d'une équipe d'Anglet désormais supporter rouennais. Grenoble assuré de remporter le titre de Champion de France, l'argent restait encore suspendu entre Anglet et Gap. En cas de victoire gapençaise sur les Dragons, l'argent allait dans les Hautes-Alpes, le contraire offrait le titre de champion de France au Pays Basque. Ecartés de la table des grands, les rouennais pouvaient encore espérer arracher contre toute attente la médaille de bronze en cas de victoire face à Gap. Espoirs d'avant-match seulement. La réalité de la glace aura raison des Dragons tant les gapençais survoltés domineront de la tête et des épaules cette partie. Si Konstantin Kebets faisait illusion en début de match en égalisant à 1-1 après le but de Rémy Granoux en infériorité numérique, les minutes suivantes seront uniquement gapençaise ponctuées de cinq buts pour un succès large et sans équivoque 6-1. Trois équipes à égalité au classement, des rouennais pour la figuration, l'histoire de cette saison 2015-2016 retiendra l'émergence de nouveaux talents avec derrière Grenoble, champion de France, des gapençais argentés et des angloys bronzés.

 

Finale (22-23-24 avril 2016)

 

(Résultats & Classement - Compteurs)

 

1er : Brûleurs de Loups de Grenoble (statistiques)    

2ème : Rapaces de Gap

(statistiques)    
3ème : Hormadi d'Anglet (statistiques)    
4ème : Dragons de Rouen (statistiques)    

 



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :