"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

(D2) Cruel...


Un match pour écrire la petite histoire de la D2 à Rouen. Ni plus ni moins, cette troisième rencontre de play-offs entre les Dragons de Rouen et les Renards de Roanne pouvait permettre aux jeunes normands d'offrir au Club de Hockey Amateur de Rouen sa première « vraie » qualification en quart de finale du championnat de France de D2. Au lendemain de la victoire jaune et noir 3 buts à 1 mettant fin à presque de neuf de disette de victoires en play-offs, les cartes étaient à nouveau rebattues pour cette troisième rencontre même si la dynamique était du coté du clan jaune et noir.


Symbole de cette positivité rouennaise, le début de rencontre intéressant des protégés d'Ari Salo qui s'accaparaient le palet. Peu prêteur en ce début de partie, les Normands semblaient vouloir prendre leur destin en main même si les unités spéciales laissaient filer une grosse opportunité en double avantage numérique (05'47) Nonchalant déjà la veille, ce n'est pas le power-play jaune et noir qui offrira des gages de réussite au moins sur le premier tiers. Revenus à parité, c'est sur une entrée de zone que Konstantin Kebets ouvrira le score d'un puissant lancer lointain qui laissait le portier roannais congelé (08'34) Solidaires dans la foulée sur une courte situation chaude à 3 contre 5 (10'39), les rouennais après avoir laissé passer l'orage s'illustrait à nouveau par l'intermédiaire de Quentin Tomasino au lancer, à nouveau peu inspiré, le portier roannais Clément Ginier lâchait un coupable rebond parfaitement exploité en deuxième but par Théo Gueurif (13'10) Une aubaine pour les Dragons qui n'en attendaient pas tant au moment de rentrer au vestiaire avec cet avantage de deux buts au tableau des scores.


Pour autant, quarante minutes étaient encore à vivre avant d'éventuellement penser à la qualification et bien entendu il ne fallait pas compter sur la complicité des roannais pour laisser la route libre aux Dragons à l'image de ce break qui nécessitait une intervention miraculeuse du gardien rouennais Gaetan Richard ou quelques secondes après en deux contre un pour une nouvelle parade du cerbère jaune et noir. Dans cette situation là, le troisième but où qu'il soit changerait totalement la tournure des évènements : dans le camp rouennais pour une marge quasi irrémédiable, dans le camp roannais pour relancer totalement le match et semer le doute voire la peur chez les rouennais. Une chose est sur ce troisième but allait valoir de l'or et les renards semblaient bien en passe d'y parvenir alors qu'au fil des minutes la pression ligérienne augmentait sensiblement à l'image de ce power-play (26'08) qui donnait des sueurs froides au banc jaune et noir. A force d'être sous pression, même si le portier rouennais retardait l'échéance, il était évident que Roanne allait réduire la marque, sentence exécutée par Cédric Lachapelle en avantage numérique à la déviation sur un lancer de Thomas Ravanel (31'09) Sans surprise, totalement relancés, les renards poursuivront leurs assauts sur la cage normande face à des Dragons visiblement moins fringants plutôt heureux d'avoir pu sauver les meubles jusqu'à la deuxième sirène.


Angoissés s'abstenir, les vingt dernières minutes de cette triple confrontation face à Roanne s'annonçaient incandescentes et même si les rouennais menaient encore d'un but, il était bien hasardeux de se montrer trop optimistes d'autant plus que les normands vivront une entame de troisième tiers calamiteuse. Difficile de faire plus cauchemardesque pour le clan rouennais avec cet engagement gagné par Roanne qui permettrait à Charles-Olivier Ouimet d'exploiter les intervalles créées en défense pour glisser le palet plein axe pour Jean-Christophe Houde auteur du but égalisateur sur l'action après seulement trois secondes de jeu (40'03) Et comme si cela ne suffisait pas dans la foulée, c'est un cinq minutes d'infériorité que les dragons devaient négocier (44'41) Beaucoup trop pour espérer pouvoir résister à la furia roannaise symbolisée par Tristan Tardif auteur d'un troisième but très important pour le camp des visiteurs (46'02) Abattus les Dragons le seront quelques minutes, battus surement pas puisqu'à trois minutes de la fin au forceps Konstantin Kebets parvenait à marquer le but égalisation à 3-3 (56'25) Un vent de folie s'emparait de l'Ile Lacroix. Totalement débridée les équipes allaient se répondre du tac au tac, Lévy Raux en marquant le quatrième but rouennais pensait délivrer toute une patinoire (57'47) mais dans la foulée Roanne égalisait à nouveau à 4-4, cette fois par Charles-Olivier Ouimet (58'05) Dans cette partie folle, il fallait bien un dénouement à sa mesure en prolongation non pas sur ce penalty offert à Roanne qui voyait Gaetan Richard sortir le grand jeu face à l'attaquant roannais (62'00) mais dans la foulée sur ce gros lancer de Nicolas Bellerose qui crucifiait le portier rouennais irréprochable et toute l'équipe rouennaise... Fin de l'histoire.


Division 2 – Play-offs (1/8ème de finale, match 3, dimanche 23 février 2020)

Dragons de Rouen (2) vs Renards de Roanne 4-5 (2-0 / 0-1 / 2-3 / 0-1)

08'34, 1-0, Rouen (2) : Konstantin Kebets (sans assistance)

13'10, 2-0, Rouen (2) : Théo Gueurif (Quentin Tomasino, Maxime Durand)

31'09, 2-1, Roanne : Cédric Lachapelle (Thomas Ravanel, Thomas Saunier) [ 5 contre 4 ]

40'03, 2-2, Roanne : Jean-Christophe Houde (Charles-Olivier Ouimet)

46'02, 2-3, Roanne : Tristan Tardif (Charles-Olivier Ouimet, Mathieu Touveron)

56'25, 3-3, Rouen (2) : Konstantin Kebets (Gabin Mainfray, Robin Rabl) [ 5 contre 4 ]

57'47, 4-3, Rouen (2) : Lévy Raux (Yohann Alzon)

58'05, 4-4, Roanne : Charles-Olivier Ouimet (Jean-Christophe Houde)

63'35, 4-5, Rouen (2) : Nicolas Bellerose (Dominik Kysilka)



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :