"Nil Satis Nisi Optimum"
Champions : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019 ...

(U20) La tête basse...


Venus faire la loi sur les terres rouennaises à la fin du mois de septembre, c'est dans leur royaume, cette fois, que les Brûleurs de Loups U20 attendaient les Dragons pour une nouvelle confrontation épique entre deux prétendants au trône en or de champion de France.


Une semaine à peine après avoir redonné à l'Ile Lacroix ses vertus de forteresse imprenable en repoussant les assauts haut-savoyards de Hockey 74 (victoire 7-2), les combattants jaune et noir étaient le premier à s'illustrer sur le champ de bataille. En supériorité numérique, féroces pour la possession du palet, la brèche était trouvée rapidement par Robin Rabl (02'27) Toutefois, si la première bataille était remportée par l'étendard jaune et noir, la guerre était loin d'être terminée et rapidement, la contre-offensive des locaux placera sous l'éteignoir les flammèches d'un Dragon incandescent. Pourtant club formateur tricolore, au moins en théorie, c'est grâce à l'allégeance faite avec les joueurs à la feuille d'érable que les isérois parviendront à reprendre en main les débats alors que le natif de Kanata en Ontario au Canada, Tristan Allard s'offrait le premier coup d'épée victorieux dans la cote de maille du Dragon (1-1 à 03'29) En l'espace de quelques minutes, la bataille rangée entre les deux équipes avait fait de dégâts dans les citadelles respectives alors qu'une nouvelle charge de cavalerie menée par l'un de ses plus précieux seigneurs, Théo Gueurif pourfendait l'arrière-garde grenobloise avant de porter le score à 2 buts à 1 pour les Dragons. Sans pour autant faire le siège du but grenoblois, les Rouennais, fers de lance offensifs, pouvaient se satisfaire du score même si en toute fin de période avant que le tocsin ne sonne, pris à revers, les rouennais ne pouvaient que s'acquitter du but égalisateur concédé à Mattéo Daita (2-2 à 18'04)


De trêve, il ne sera question que le temps du surfaçage à la pause. Dès la sortie de leur camp de base, les deux équipes reprenaient les débats avec acharnement. Une première charge menée et conclue par Jonas Lemetais (20'26) ne mettra pas pour autant en déroute la légion grenobloise. Loin de la débâcle, un court repli stratégique suffisait aux Isérois pour reprendre leurs esprits et repartir de plus belle en campagne, sans tambour ni trompette pour une nouvelle égalisation, cette fois à 3-3, grâce à Timothé Quattrone (22'04) Par trois fois, à coup de belier, les Dragons étaient parvenus à déformer la herse du château-fort grenoblois, par trois fois, les assiégés isérois étaient parvenus à repousser les assauts normands. Et de fait, à force de solliciter les défenses grenobloises, le Dragon s'épuisait peu à peu et finira par se faire reverser en l'espace quelques secondes. Une fulgurante contre-offensive des Grenoblois suffira pour semer la bérézina au sein de la troupe rouennaise. Timothé Quattrone (29'15) et Mattéo Daita (30'07) tous deux en avantage numérique venaient de faire mettre genou à terre à une équipe rouennaise proche désormais de la défaite. Pour autant, il ne fallait pas s'attendre à ce que les joueurs rouennais demandent l'armistice. Origine nordique oblige, plutôt rejoindre le « Valhalla » que de brandir le drapeau blanc au bout d'une crosse à l'image de Théo Gueurif qui entretenait une nouvelle fois la flamme du guerrier en réduisant le score à 5-4 (38'57)


Fragilisés par une deuxième partie de tiers médian difficile où les rangs serrés de début de match avaient commencé à se dés-étoffer, le troisième tiers partaient sur le même rythme pour les Dragons coupables de laisser filer un sixième but dans la palette de Flavian Dair (40'29) Deux buts de retard à nouveau, le Ragnarök jaune et noir tout proche désormais, à moins de vingt minutes, la bataille tournait désormais nettement à l'avantage des grenoblois qui acculaient désormais les dragons avec un septième but canadien pour Tristan Allard en avantage numérique (45'41) suivi d'un huitième assassin à trois contre cinq pour Flavian Dair (48'53) Tout proches de vivre un cruel Waterloo en Isère, il en faudra du cœur au guerrier rouennais pour se battre jusqu'au terme de la bataille en rajustant le score à 8-5 sous l'impulsion de Bastien Zago (53'36) Rudoyant jusqu'au bout, avec panache, les rouennais joueront leur dernière cavalcade en soustrayant leur portier en fin de match (57'24) En vain, auteur d'un triplé sur la rencontre, Timothé Quattrone contraindra les Dragons à reconnaître leur défaite en les obligeant à signer l'armistice à 9-5 (58'57) Un traité de paix bien provisoire en attendant la troisième escarmouche entre les deux formations. Rouen 0 – Grenoble 2.


Espoir Elite (9ème journée, dimanche 13 octobre 2019)

Brûleurs de Loups de Grenoble vs Dragons de Rouen 9-5 (2-2 / 3-2 / 4-1)

02'27, 0-1, Rouen : Robin Rabl (Gabin Mainfray)

03'29, 1-1, Grenoble : Tristan Allard (Titouan Blanchard)

07'27, 1-2, Rouen : Théo Gueurif (Yannis Charkaoui, Quentin Tomasino)

18'04, 2-2, Grenoble : Mattéo Daita (Loris Delmas, Emmanuel Navarro) [ 5 contre 4 ]

20'26, 2-3, Rouen : Jonas Lemetais (Bastien Zago, Antonin Germond)

22'04, 3-3, Grenoble : Timothé Quattrone (Emmanuel Navarro)

29'15, 4-3, Grenoble : Timothé Quattrone (Flavian Dair, Maxime Corvez) [ 5 contre 4 ]

30'07, 5-3, Grenoble : Mattéo Daita (Clément Guennelon) [ 5 contre 4 ]

38'57, 5-4, Rouen : Théo Gueurif (Yannis Cherkoui, Yoan Salve)

40'29, 6-4, Grenoble : Flavian Dair (Clément Guennelon, Timothé Quattrone)

45'41, 7-4, Grenoble : Tristan Allard (Emmanuel Navarro, Loris Delmas) [ 5 contre 4 ]

48'53, 8-4, Grenoble : Flavian Dair (sans assistance) [ 3 contre 5 ]

53'36, 8-5, Rouen : Bastien Zago (Antonin Germond)

58'57, 9-5, Grenoble : Timothé Quattrone (Tristan Allard) [ cage vide ]



Vous avez aim cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :