"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres de Champions de France U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013, 2018 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

D2 Un dragon double face...


Courtement mais sèchement vaincue lors du match d'ouverture disputé chez les Lions de Wasquehal, la D2 jaune et noire avait l'opportunité de retrouver de la couleur sur sa glace avec la réception de l'entente Evry / Viry. Sauf qu'en face pour les Dragons ne se présentait pas la première équipe venue, les parisiens s'étant imposé largement 8-2 à domicile face aux Gaulois de Chalons avec notamment un quintuplé de leur recrue slovaque Kristian Ferletak.


Pas de quoi nécessairement stresser des rouennais toujours porté comme la tradition le veut pas l'insouciance de la jeunesse. A tel point qu'il ne faudra que trois minutes de jeu pour Benjamin Berard ne profite d'une passe de Joseph Broutin pour l'ouverture du score (1-0 à 03'06) Une entrée en matière fleurie qui bien entendu donnait une bouffée de confiance supplémentaire aux Dragons. Alors qu'Evry / Viry se voyait refuser l'égalisation en avantage numérique sur une crosse haute justifiée (3'55), les rouennais, eux, profitaient de chaque miette offerte par les parisiens pour prendre les contres. Et résolument dans cette période, les Dragons auront les occasions : en couple, entre Robin Rabl et Arthur Zavani, in extremis, le défenseur Samuel Priatka se chargeant de couper la passe du premier pour le second (06'24), en deux contre un entre Benjamin Berard et Gabin Mainfray qui choisissait mal à propos le lancer plutôt que la passe (07'42) ou en solitaire sur une échappée de Joseph Broutin dont le lancer flirtait avec le sommet de la jambière du portier francilien, Pavol Smik particulièrement vigilant (13'00) Pas payés de leurs efforts, les Dragons trouveront toutefois récompense avec le deuxième but particulière précieux du sniper local, Arthur Nadaux (14'32)

 

Manquant de peu le but du K.O par Pierre Pelletreau en break (16'09), les Normands paieront cash leur manque de réalisme face à la cage. Non pas par le fameux Kristian Ferletak qui tombait sur un gardien plus NHL que jamais avec un arrêt monstrueux de Gaetan Richard, chanceux sur l'action suivante avec le poteau trouvé par le lancer de Samuel Priatka. C'est finalement Aleksi Leskinen qui aura raison de la résistance jaune et noir dans les dernières minutes du tiers sur un lancer qui passait au dessus de l'épaule du portier rouennais exempt de tout reproche (18'56) Alors que les franciliens pensaient avoir fait le plus gros en réduisant la marque, les rouennais profiteront d'une dernière occasion en avantage numérique pour annihiler le temps fort parisien sur un lancer de Nicolas Plaquevent qu'Arthur Zavani convertissait au rebond (19'22)


L'histoire ne dira pas si les Dragons seront remontés au deuxième tiers un brin trop confiants mais quoiqu'il en soit, la D2 jaune et noir se faisait punir d'entrée de jeu par Kévin Ledoux qui parvenait à échapper à la vigilance de son nervis défensif pour glisser le palet sous le portier rouennais (3-2 à 21'07) Alors que sur l'engagement suivant, Geoffrey Berardet se retrouvait tout seul comme une fleur face à Gaëtan Richard, nécessairement, les Dragons devaient se reprendre pour ne pas connaître une vilaine désillusion, Evry / Viry ostensiblement prenant la main dans cette partie. Dans un tel contexte, il n'était pas illogique de voir revenir au score les joueurs d’Évry / Viry par l'intermédiaire d'Aleksi Leskinen décisif (29'11) Un classique du genre en D2 chez des Dragons qui parviendront néanmoins à rallier la deuxième pause sans concéder de nouveaux buts en dépit de quelques criantes occasions parisiennes que se chargeait de congeler le gardien rouennais.


Aussi animée que le centre ville de Rouen un dimanche de novembre, la patinoire de l'Ile Lacroix assistera muette et assoupie à la troisième période. C'est sans doute le rictus aux lèvres que la belle endormie assistera à la bascule de la rencontre, ses enfants chéris ne parvenant pas à empêcher cet agaçant mais talentueux Kristian Ferletak de faire le tour de la cage rouennaise avant de placer le palet au fond des filets rouennais (3-4 à 44'15) Pour la première fois de la rencontre, les joueurs d’Évry / Viry étaient devant au tableau d'affichage et aurait même pu s'assurer le gain de la rencontre plus tôt si le finlandais Aleksi Leskinen ne s'était pas montré si nonchalant au moment de tirer un lancer de pénalité (53'08) Tant mieux pour les Dragons qui à quelques encablures de la fin de la rencontre restaient encore dans le match avec toujours la possibilité d'égaliser dans cette partie. Pas fameuse depuis son entame, il restait à espérer que la fin du troisième tiers serait bien plus excitante pour les Dragons. Et c'est dans les cinq dernières minutes que les choses se décanteront sur une pénalité différée qui offrait à la fois la possibilité d'égaliser à 4-4 sur un mini-cafouillage devant la cage qui profitait à Thomas Carminatti, buteur providentiel de cette fin de rencontre (54'51) Encore quelques minutes à jouer, une énième pénalité sifflée cette fois à l'encontre d'Evry / Viry (54'51), puis une deuxième (55'02) et au final, c'est une minute et vingt-deux secondes que les Dragns passeront en double avantage numérique. Une incroyable aubaine que les rouennais laisseront stupidement filer. Une première vague en double avantage numérique manquée où les Dragons manquaient d'audace offensivement, un palet bêtement perdu sur la première sortie de prison qui offrait une improbable situation de deux contre un pour les parisiens. L'erreur de trop pour les Dragons qui voyaient Nicolas Gaspar marquer en infériorité numérique (57'11) Mais souvenez vous que cette équipe là à l'insouciance de son âge et c'est cranement qu'elle jouera sa chance jusqu'au bout, jusqu'à égaliser dans les ultimes secondes par Robin Rabl en infériorité numérique (59'13) Priceless !

 

Tout comme la saison dernière, c'est en prolongation que les deux équipes finiront par s'expliquer. Mais cette fois, pas de Brieuc Houeix pour prendre la prison vainqueur offrant le but à 4 contre 5 à Antonin Germond. C'est Clément Radolanirina qui se chargera de crucifier les Dragons seul face au portier rouennais donnant ainsi la victoire 6 buts à 5 à Evry / Viry... L'insouciance de la jeunesse, que l'on vous disait... et son inexpérience on rajoutera. 



Division 2 (2ème journée, samedi 29 septembre 2018)


Dragons de Rouen (2) vs Evry / Viry 5-6 (3-1 / 0-2 / 2-2 / 0-1)

03'06, 1-0, Rouen (2) : Benjamin Berard (Joseph Broutin)

14'32, 2-0, Rouen (2) : Arthur Nadaux (sans assistance)

18'56, 2-1, Evry / Viry : Aleksi Leskinen (Geoffrey Berardet)

19'22, 3-1, Rouen (2) : Arthur Zavani (Nicolas Plaquevent, Robin Rabl) [ 5 contre 4 ]

21'07, 3-2, Evry / Viry : Kévin Ledoux (Kristian Ferletak, Nicolas Gaspar)

29'11, 3-3, Evry / Viry : Aleksi Leskinen (sans assistance)

44'15, 3-4, Evry / Viry : Kristian Ferletak (Nicolas Gaspar, Clément Radolanirina)

54'51, 4-4, Rouen (2) : Thomas Carminatti (Arthur Nadaux, Arthur Zavani)

57'11, 4-5, Evry / Viry : Nicolas Gaspar (Samuel Priatka) [ 4 contre 5 ]

59'13, 5-5, Rouen (2) : Robin Rabl (Yoan Salve, Nicolas Plaquevent)






Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :