"Nil Satis Nisi Optimum"
Titres : U15: 1999, 2000, 2001, 2005, 2006, 2007, 2008, 2013 // U17: 2000, 2002, 2005, 2010, 2011, 2014, 2017 // U20: 2004, 2006, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017

D2 4 de suite !


Il est 21h00 à la patinoire Valigloo de Valenciennes et la rencontre comptant pour la 10ème journée de Division 2 entre les Dragons de Rouen et les Diables Rouges de Valenciennes s'achève sur la remise des récompenses des meilleurs joueurs pour les deux équipes. A l'image du défenseur rouennais, Victor Durand qui vient le susurrer discrètement à l'oreille de son gardien Raphaël Garnier, déjà les rouennais, victorieux 10-1 des Valenciennois, ont choisi leur héros de la soirée. Et lorsque que le speaker de la patinoire annonce du coté des Dragons comme meilleur joueur Raphaël Garnier, personne n'est dupe chez les jaune et noir. Si le gardien rouennais n'aura pas démérité tout au long de la partie, c'est bien l'attaquant Lévy Raux, auteur d'un triplé, qui était envoyé par ses pairs pour recevoir la récompense et les honneurs. Tout un symbole.


Battus et vexés sur l'Ile Lacroix avec une défaite 2-3 face à Valenciennes pour leur première sortie à domicile de la saison 2017-2018, les Rouennais auront pris leur revanche ce samedi dans les Hauts-de-France et quelle revanche ! Avides offensivement, les rouennais signeront un beau succès 10 buts à 1, la plus large victoire d'une équipe jaune et noir à l'extérieur de l'histoire en dépit d'un début de match qui ne laissait rien présager de l'issue de la rencontre. En effet, dans une patinoire Valigloo copieusement remplie, les Diables Rouges semaient d'entrée de jeu le trouble au sein de l'arrière garde rouennaise par l'intermédiaire de Kevin Parras qui trouvait en Benjamin De Gubernatis le parfait relais pour l'ouverture du score valenciennoise (1-0 à 01'56) Un début de match loin des espérances qui ne sèchera pas les espoirs rouennais dans cette rencontre en dépit d'une période particulièrement hachée par les coups de sifflet du « Tony Chapron » du hockey français (copyright L.D.) En effet, avant la pause, après plusieurs séquences en avantage numérique de part et d'autre, les Dragons feront en sorte de revenir au score. C'est ainsi que Julien Msumbu se chargeait de l'égalisation (15'28) avant de voir son compère Arthur Nadaux prendre le relais pour le deuxième but rouennais (17'50) En l'espace de deux minutes, la partie était relancée pour les rouennais et la première sirène arrivait à point nommé pour faire souffler une équipe de Valenciennes prises à la gorge et déjà en difficulté.


A la reprise, c'est l'attaquant rouennais Lévy Raux qui marquera de son empreinte le début du tiers médian. Pour la deuxième fois de sa toute jaune carrière, l'attaquant patinait sur la glace de la patinoire de Valenciennes, la première fois, lors d'un tournoi « de gamins », le rouennais avait provoqué l'hilarité de toute une patinoire en oubliant d'enlever ses protège-lames au moment de monter sur la glace. Cette fois, c'est jaune que le public valenciennois rira au rythme des embardées offensives du remuant attaquant rouennais qui portait la marqué à 3 buts à 1 dès l'entame du tiers (21'20) Inexorablement, coups de patin après coups de patin, l'équipe rouennaise semblait prendre le match à son compte face à une équipe de Valenciennes réduite au rang de spectateur d'une rencontre qui leur échappait en dépit des quelques tentatives qui permettront au portier rouennais Raphaël Garnier de se mettre en valeur, toujours prompt à protéger sa cage. Passée la mi-match, une énième accélération rouennaise aura raison de la pugnacité des Diables Rouges. En 21 secondes, les Dragons plieront l'affaire et tueront tout suspense alors que successivement Joran Reynaud (32'01) et Lévy Raux (32'22) se présentaient pour mettre à mal le gardien de Valenciennes Juraj Sedlacko. Menant désormais sur le score de 5 buts à 1, l'euphorie jaune et noir contrastait nettement avec la mine déconfite de leurs adversaires d'un soir et ce n'est pas la troisième période de cette rencontre qui réchauffera le cœur des gens du nord.


Alors que sur le banc rouennais, le "marabouté" Brieuc Houeix continuait de chercher partout son chat noir pour lui tordre le cou, l'enthousiasme communicatif des Dragons se poursuivra tout au long de la dernière période à l'image d'Enzo Cantagallo auteur de sixième but rouennais (44'00) Au plus fort de la tempête, le coach valenciennois envoyait son deuxième gardien, le jeune Axel Brassart qui ne profitera guère longtemps des « Axel ! Axel ! Axel ! «  entonné par un public valenciennois résigné mais toujours présent. Dans un contexte particulièrement compliqué, souvent livré à lui même, le jeune portier valenciennois aura du mérite et du courage pour faire face à une euphorique équipe rouennaise qui poursuivait sa route souriante par Antonin Germond pour le 7-1 (47'09) Sujet de moult conversations sur le banc rouennais depuis la deuxième période, le triplé de Lévy Raux tant attendu finissait par surgir. A nouveau sur le front de l'attaque, le numéro 24 jaune et noir à la réception d'une passe de son éternel alter ago Robin Rabl, touchait cible pour la troisième fois de la soirée portant la mise à 8-1 (50'52) et permettant ainsi au passage au jeune attaquant jaune et noir de devenir le plus jeune joueur rouennais à mettre trois buts en D2 devançant un « certain » Anthony Rech. Tout un symbole !

Les triplés rouennais en D2...

  Lévy Raux 17 ans, 3 mois, 17 jours 1 triplé
  Anthony Rech 17 ans, 5 mois, 3 jours 1 triplé
  Valentin Dumélié 18 ans, 3 mois, 21 jours 3 triplés
  Kévin Beziau 18 ans, 10 mois 1 triplé
  Valentin Jacques 19 ans, 3 mois, 25 jours 1 triplé
  Alexandre Mulle 20 ans, 6 mois, 17 jours 1 triplé
  Quentin Berthon 21 ans, 8 mois, 21 jours 2 triplés


 

De cette fin de rencontre, on pourra retenir les deux derniers buts jaune et noir faisant passer le score à la dizaine, l'un pour Lucas Villain (51'08) l'autre pour Arthur Nadaux (51'47) mais on s'attardera plus sur les quelques mots du capitaine rouennais Alexandre Sucré en plein match qui appelait à plus de retenue dans les célébrations par respect pour l'équipe de Valenciennes. C'est aussi ça la D2 du Club de Hockey Amateur de Rouen. Une fin de match sans histoire pour les Dragons qui leur permettait de rallier la sirène finale sur ce large succès 10 buts à 1. De quoi répondre avec taquinerie au speaker de la patinoire Valigloo qui dans sa présentation en début de rencontre martelait au public qu' « ici ce n'est pas Rouen, ici ce n'est pas Paris, ici c'est Valenciennes » , finalement, de jaune et de noir la patinoire nordiste sera parée pour cette rencontre avec un quatrième succès de suite pour les Dragons pour la troisième fois de leur histoire en D2. Quatre victoires de suite, une série que les rouennais n'auront jamais pu poursuivre au delà. Un joli défi en perspective pour la prochaine rencontre rouennaise avec la réception sur l'Ile Lacroix la semaine prochaine des Comètes de Meudon, co-leader au classement de la poule avec Amnéville et Châlons.



Division 2 (Poule A, 10ème journée, samedi 02 décembre 2017) (classement & résultats)

Diables Rouges de Valenciennes vs Dragons de Rouen (2) 1-10 (1-2 / 0-3 / 0-5)

01'56, 1-0, Valenciennes : Benjamin De Gubernatis (Kévin Parras)

15'18, 1-1, Rouen (2) : Julien Msumbu (Arthur Nadaux, Joran Reynaud)

17'50, 1-2, Rouen (2) : Arthur Nadaux (Mathieu Mony, Enzo Cantagallo)

21'20, 1-3, Rouen (2) : Lévy Raux (Robin Rabl, Mathieu Mony)

32'01, 1-4, Rouen (2) : Joran Reynaud (Julien Msubmu, Alexandre Sucré)

32'22, 1-5, Rouen (2) : Lévy Raux (Yohann Alzon, Antonin Germond)

44'00, 1-6, Rouen (2) : Enzo Cantagallo (Alexandre Sucré, Julien Msumbu)

47'09, 1-7, Rouen (2) : Antonin Germond (Yohann Alzon)

50'52, 1-8, Rouen (2) : Lévy Raux (Mathieu Mony, Robin Rabl)

51'08, 1-9, Rouen (2) : Lucas Villain (Alexandre Sucré, Victor Durand)

51'47, 1-10, Rouen (2) : Arthur Nadaux (Brieuc Houeix, Robin Rabl)

 



Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :